Navigation – Plan du site
Dossier « L’Atlantique Noir » de Nancy Cunard‎. Negro Anthology 1931–1934

L’inscription de la musique dans l’anthologie Negro

Music in the Negro Anthology
Yannick Séité
p. 72-103

Résumés

Associée à tous les aspects de la vie des Africains et des membres de la diaspora, la musique occupe logiquement une place éminente dans l’anthologie Negro. L’article tente de rendre compte de cette omniprésence en envisageant successivement les inscriptions logique, idéologique et enfin médiologique de cet art dans le discours proliférant de l’anthologie. L’effort de Nancy Cunard et de George Antheil pour restituer la diversité des « musiques noires » est sans équivalent en son temps. Les choix éditoriaux opérés reflètent les tensions esthétiques et sociologiques qui traversent la diaspora, en particulier sa composante étatsunienne.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’ensemble « musique » dans Negro
Jazzmen…
… ou « creative musicians » ?
Vertus et faiblesses de l’encyclopédisme
Essentialisme musical ?
Qu’on enregistre la musique africaine !
Diasporique, dialogique

Aperçu du début du texte

I still have Negro snug on my shelves, unlike most of what I once had.
Samuel Beckett, lettre à Nancy Cunard, 5 avril 1956.

À peine parue, l’anthologie Negro voulue par Nancy Cunard est l’objet, à côté de rares compliments, de critiques acerbes, à commencer par celles du pianiste américain Henry Crowder, compagnon de Cunard, premier informateur et, de l’aveu même de l’animatrice de cette vaste entreprise, cause d’un ouvrage dont il est le dédicataire. En 1935-1936, lorsqu’il dresse le bilan de ses années passées auprès de Cunard, celui-ci est sans concession : « Je pense sincèrement que, dans l’ensemble, le livre est un échec. » (Crowder et Speck 1987 : 183) Cunard n’était pas qualifiée pour mener à bien cette folle entreprise, sans compter qu’elle avait communiqué au tout « une saveur indiscutablement communiste » (ibid.) qui n’était pas du goût de Crowder. Un demi-siècle plus tard, l’anthologie n’est pas plus prisée de Michael North, qui déplore à son tour « la lourde main éditorial...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Séité, « L’inscription de la musique dans l’anthologie Negro », Gradhiva, 19 | 2014, 72-103.

Référence électronique

Yannick Séité, « L’inscription de la musique dans l’anthologie Negro », Gradhiva [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/2787 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2787

Haut de page

Auteur

Yannick Séité

Université Paris Diderot, Sorbonne, Paris Cité, CERILAC
yannick.seite@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page