Navigation – Plan du site
Dossier « L’Atlantique Noir » de Nancy Cunard‎. Negro Anthology 1931–1934

Paul Robeson et la représentation des Noirs dans le cinéma de l’entre-deux-guerres. Primitivisme et double conscience

Paul Robeson and the representation of Black Americans in films during the interwar period. Primitivism and double-consciousness
François Bovier
p. 132-159

Résumés

La représentation des Noirs au cinéma répond à des stéréotypes avilissants, en usage dès les années 1910. Les premiers rôles de Paul Robeson, acteur et chanteur charismatique associé à la Renaissance de Harlem, problématisent cette logique raciste. Il joue pour la première fois à l’écran dans une production intégralement noire d’Oscar Micheaux (Body and Soul, USA, 1925) qui stigmatise l’ambivalence des pièces de théâtre auxquelles Robeson est associé et les paradoxes de la double-conscience qu’il incarne. Dans le film d’avant-garde Borderline (Kenneth Macpherson, Suisse, 1930), Robeson négocie une image apparemment progressiste de l’Afro-Américain, laquelle, malgré le texte programmatique appelant à l’avènement d’un cinéma authentiquement noir que Macpherson écrit pour le recueil de Nancy Cunard, répond en fait aux fantasmes primitivistes du cinéaste.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Vers un « cinéma de race »
Borderline, ou le fantasme archaïque du dieu noir
Body and Soul, ou le détournement de la figure de Robeson dans les pièces de O’Neill
Distorsions du « nouveau Nègre » et mise en abyme des stéréotypes raciaux à l’écran

Aperçu du début du texte

Le théâtre, la musique, la littérature et, dans une moindre mesure, les arts visuels constituent dans les années 1920-1930 les principaux supports d’expression de la culture afro-américaine, indissociable des revendications d’égalité raciale. Parallèlement à l’activité militante d’associations de lutte pour les droits civiques telles que la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) et son journal The Crisis (qui atteint un tirage de 100 000 exemplaires au début des années 1920), certaines publications influentes participent à la reconnaissance des droits fondamentaux des Africains-Américains. C’est le cas de l’anthologie d’Alain Locke parue en 1925, The New Negro, qui popularise la culture de la Renaissance de Harlem et la volonté d’émancipation de ses protagonistes. L’anthologie « fleuve » (pas moins de 855 pages) que Nancy Cunard édite entre 1931 et 1933, Negro Anthology, s’inscrit dans la continuité de l’ouvrage pionnier de Locke : des études historiques ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bovier, « Paul Robeson et la représentation des Noirs dans le cinéma de l’entre-deux-guerres. Primitivisme et double conscience », Gradhiva, 19 | 2014, 132-159.

Référence électronique

François Bovier, « Paul Robeson et la représentation des Noirs dans le cinéma de l’entre-deux-guerres. Primitivisme et double conscience », Gradhiva [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/2801 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2801

Haut de page

Auteur

François Bovier

Université de Lausanne – École cantonale d’art de Lausanne
francois.bovier@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page