Navigation – Plan du site
Dossier Création fiction

La fable d’une fabrique — Ponge et son pré

The fable of a factory — Ponge and his “Pré”
Jean-Charles Depaule
p. 22-47

Résumés

La publication, en 1971, de La Fabrique du pré dans la collection « Les sentiers de la création » des éditions d’art Skira répond chez Francis Ponge au désir d’ouvrir son « atelier » et d’offrir la possibilité au lecteur d’assister, après coup mais comme au présent, à la fabrication de ses textes, en l’occurrence « Le pré », paru quelques années plus tôt. Restituer l’histoire de son écriture à travers ses brouillons successifs impliquait des aménagements et, notamment, certains « artifices de la mise en page » – mais « sans tricherie » – pour emmener le lecteur en le prenant « par le bras ». Dans le cas de La Fabrique du pré, le projet d’expliciter, en acte, un art poétique aboutit à un bel objet éditorial qui semble échapper à son auteur, même s’il a été associé à sa réalisation. On y voit en particulier se dessiner – à son insu ? – une esthétique de la rature.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Malentendus
« Le pré » et sa fabrique
Fabriques
Questions de forme et de genre
Le tiers
Reprenons
Trois détails pour finir

Aperçu du début du texte

« Ce sera un livre tout à fait à part, et vraiment merveilleux. »
Gaëtan Picon

En 1971 paraissait chez l’éditeur d’art suisse Skira  La Fabrique du pré  de Francis Ponge, onzième volume de la série « Les sentiers de la création », qui en compterait vingt-six. Avec cette collection d’une conception nouvelle, qu’il avait créée en 1969 et dirigeait avec Gaëtan Picon , Albert Skira poursuivait l’expérimentation qui caractérisait déjà son travail à ses débuts. L’idée des « Sentiers de la création » lui serait venue à la suite d’une promenade avec Pablo Picasso, au cours de laquelle il l’avait vu « ramasser un fil de fer et un morceau de branche morte » que, quelques jours plus tard, il avait retrouvés dans l’atelier, « devenus sculptures » (Picon 1971 : 9).

fig. 1 Couverture de La Fabrique du pré, de Francis Ponge, Genève, Albert Skira, 1971.

fig. 1 Couverture de La Fabrique du pré, de Francis Ponge, Genève, Albert Skira, 1971.

Avec l’aimable autorisation de la succession Francis Ponge et des éditions Skira.

Inaugurée par Elsa Triolet et Aragon, la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Depaule, « La fable d’une fabrique — Ponge et son pré », Gradhiva, 20 | 2014, 22-47.

Référence électronique

Jean-Charles Depaule, « La fable d’une fabrique — Ponge et son pré », Gradhiva [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 30 mars 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/2821 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2821

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Depaule

CNRS jean-charles.depaule898@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page