Navigation – Plan du site
Dossier Création fiction

Pasolini l’Africain

Pasolini the African
Alessandro Barbato
p. 168-191

Résumés

L’œuvre de Pier Paolo Pasolini pose des problèmes très spécifiques pour qui s’intéresse à l’étude du processus créateur. D’une part, elle contient tous les genres d’écriture, d’autre part elle appartient à part égale au cinéma. L’article s’applique à une étude de cas, celui d’une fiction qui introduit la période de passion africaine de Pasolini, correspondant aux années 1960. Il montre comment ce texte – matrice d’un scénario jamais tourné – réitère une expérience advenue presque vingt ans plus tôt, alors que Pasolini était professeur dans le Frioul. Un procédé de pliage superpose et renouvelle moments vécus, narrations romanesques et engagements publics dans une politique pédagogique. De façon plus générale, l’œuvre-vie de Pasolini est d’autant moins décomposable qu’elle propose côte à côte des ouvrages achevés qui se répondent à travers le temps et d’autres « non finis » qui offrent une chronique de la création en acte émanant du corps, exalté ou sacrifié, de l’auteur.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La dernière image
Un goût de résistance
Une éducation sentimentale
La negra luce
Le corps dans ses miroirs

Aperçu du début du texte

Du reste, que voulez-vous
j’ai vécu dans un poème
comme tout possédé.
Pier Paolo Pasolini
Tutte le poesie, vol. II, 2003 : 1265

La dernière image

fig. 1 Sur le tournage de Médée en Turquie en 1970.

fig. 1 Sur le tournage de Médée en Turquie en 1970.

On maquille Maria Callas. Pier Paolo Pasolini est visible au fond à gauche avec ses lunettes de soleil.

© THA/Camerapress/Gamma.

Le 3 novembre 1975, au lendemain de la découverte du cadavre de Pier Paolo Pasolini près de l’hydrobase d’Ostie, à l’extrême périphérie de Rome et non loin de la mer, presque tous les quotidiens italiens publièrent l’image poignante d’un corps rendu quasi méconnaissable – crâne fracassé, visage et cheveux noircis de sang séché, oreille coupée – étendu sur le ventre au milieu d’un terrain de foot qui n’était que poussière. Le lieu de la « macabre découverte » semblait directement sorti d’une des pages de l’écrivain avec ses baraques en planches, ses maisonnettes toujours en chantier et ses amas d’ordures soulignant les routes et les carrefour...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandro Barbato, « Pasolini l’Africain », Gradhiva, 20 | 2014, 168-191.

Référence électronique

Alessandro Barbato, « Pasolini l’Africain », Gradhiva [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 30 mars 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/2876 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2876

Haut de page

Auteur

Alessandro Barbato

Chercheur associé, LAHIC-IIAC ictucordis@yahoo.it

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page