Navigation – Plan du site
Études et essais

L’ivresse et le flacon. Collections ethnographiques et histoire de la culture matérielle du boire en Éthiopie (xvie - xxe siècle)

The intoxication and the flask. Ethnographic collections and the history of the material culture of drinking in Ethiopia (16th – 20th centuries)
Thomas Guindeuil
p. 242-266

Résumés

De nombreux objets, conservés aujourd’hui dans les musées et parfois vieux d’un siècle et demi, permettent d’écrire l’histoire du mobilier domestique en Éthiopie. Ces objets « ethnographiques » devenus objets historiques font rarement partie des matériaux mobilisés par les historiens. À travers l’analyse des corpus de récipients destinés à la consommation d’alcool, berellē et wanč̣̣a, déposés au musée du quai Branly et à l’Institute of Ethiopian Studies d’Addis-Abeba, cette étude propose de mêler histoire des manières de boire et histoire des collections ethnographiques éthiopiennes. Il pose les bases d’une intégration à la fois plus complète et plus critique des corpus ethnographiques aux sources de l’histoire matérielle et économique de l’Éthiopie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La collection ethnographique comme témoignage historique
Une longue quête aristocratique de raffinement et d’exotisme
Un « boire éthiopien » unifié dans sa forme par le wanč̣a
De la corne au métal : la banalisation de l’exogène
Un nouvel ordre social pour le « boire éthiopien »

Aperçu du début du texte

Chez les chrétiens d’Éthiopie, les temps forts de la vie sociale – réunions familiales, célébrations religieuses – sont marqués par la consommation de deux boissons fermentées préparées par les femmes : la ṭälla, une bière brune à base de malt parfumée au gēšo (Rhamnus prinoides) ou au ṣaddo (R. staddo), espèces de nerpruns cultivés à cet effet, et le ṭäǧǧ, un hydromel qui partage avec la boisson précédente l’un ou l’autre de ces aromates. À la maison, la ṭälla est la boisson la plus fréquente, le coût du miel étant généralement prohibitif (Dubois 1989 ; Guindeuil 2010 : 290-293). Tälla et ṭäǧǧ peuvent l’un et l’autre être distillés afin d’obtenir de l’eau-de-vie, araqē (aussi appelée ’aräqi ou katikala). À la différence de la bière et de l’hydromel, qui peuvent être élaborés par des particuliers, l’eau-de-vie est exclusivement produite par des bouilleuses de cru qui en font leur profession. Elle fait également partie des boissons festives habituelles, mais elle est progressivement ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Guindeuil, « L’ivresse et le flacon. Collections ethnographiques et histoire de la culture matérielle du boire en Éthiopie (xvie - xxe siècle) », Gradhiva, 20 | 2014, 242-266.

Référence électronique

Thomas Guindeuil, « L’ivresse et le flacon. Collections ethnographiques et histoire de la culture matérielle du boire en Éthiopie (xvie - xxe siècle) », Gradhiva [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 28 mai 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/2896 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2896

Haut de page

Auteur

Thomas Guindeuil

Labex CAP Chercheur associé, IMAF t.guindeuil@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page