Navigation – Plan du site
Dossier Création plastique d’Haïti

La diaspora en dialogue : James A. Porter et Loïs Mailou Jones Pierre-Noël, ou comment écrire l’histoire de l’art haïtien

Developing Diasporic Dialogues: James A. Porter, Loïs Mailou Jones Pierre-Noël and the Writing of Haitian Art History
Lindsay J. Twa
Traduction de Claire Duvivier
p. 48-75

Résumés

Jusqu’à une date récente, les historiens de l’art américains spécialistes de l’art haïtien – collectionneurs et artistes – développèrent leur réflexion en dehors des cercles académiques. Dans un premier temps, l’histoire de l’art haïtien fut donc élaborée dans un cadre intellectuel particulier par des individus dont les goûts et les intérêts personnels déterminèrent la nature des questions qui surgirent du dialogue avec les artistes haïtiens et leurs œuvres. Un exemple remarquable est celui de Selden Rodman, dont les commentaires exubérants sur l’art haïtien, conformes néanmoins au canon primitiviste, dominèrent la discipline pendant des dizaines d’années. Cet article examine les projets de recherche de James Amos Porter et Loïs Mailou Jones Pierre-Noël, artistes et historiens de l’art afro-américains. Leurs archives contiennent des éléments très fructueux permettant de remettre en question les analyses développées au milieu du xxe siècle sur l’art haïtien contemporain. Ils promurent tous deux la diversité des styles haïtiens ainsi qu’une longue liste d’artistes méconnus. Ils contribuèrent ainsi à élargir l’horizon du canon de l’art haïtien et à lutter contre les stéréotypes raciaux qui servaient alors à renforcer le statut inférieur des Noirs et à limiter, de manière générale, les droits des individus d’origine africaine.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

James A. Porter et The Black Artist
Loïs Mailou Jones Pierre-Noël, peintre et professeur
Jones Pierre-Noël, conservatrice et historienne de l’art
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au sein du marché de l’art mondial et des histoires de l’art qui y sont associées, l’art haïtien est un domaine relativement récent. Dans sa réception nord-américaine, en particulier, cette étude a été largement entreprise au niveau personnel, c’est-à-dire avec les marchés locaux, les mécènes et les artistes-chercheurs qui ont généralement opéré en dehors des limites académiques formelles. Par bien des aspects, l’histoire de l’art haïtien est semblable à celle des autres domaines impliquant des artistes marginalisés, depuis l’art populaire et l’« outsider art » jusqu’au champ en pleine croissance et en pleine maturation qu’est celle de l’art afro-américain. En comparant l’état de l’étude de l’art haïtien à ces autres domaines relativement récents, on distingue plusieurs similarités. Avant tout, il y a le besoin urgent de base documentaire : biographies et déclarations d’artistes, emplacement et qualité des œuvres d’art, histoire sociale des œuvres et de leurs sujets, etc. Des espace...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lindsay J. Twa, « La diaspora en dialogue : James A. Porter et Loïs Mailou Jones Pierre-Noël, ou comment écrire l’histoire de l’art haïtien », Gradhiva, 21 | 2015, 48-75.

Référence électronique

Lindsay J. Twa, « La diaspora en dialogue : James A. Porter et Loïs Mailou Jones Pierre-Noël, ou comment écrire l’histoire de l’art haïtien », Gradhiva [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/2933 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2933

Haut de page

Auteur

Lindsay J. Twa

Augustana College, Sioux Falls, SD, USA
lindsay.twa@augie.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page