Navigation – Plan du site
Dossier Création plastique d’Haïti

Tina Girouard et l’art des sequins d’Haïti

Tina Girouard and the Sequin Arts of Haiti
LeGrace Benson
Traduction de Camille Joseph
p. 76-103

Résumés

Les œuvres en sequins réalisées par Tina Girouard sont le fruit de plusieurs années d’une collaboration toute familiale avec les artistes du Bel Air en Haïti. Mais ces pièces, qu’elles aient été créées lors de son séjour là-bas ou plus tard, portent indéniablement la marque de l’artiste. En retour, son influence sur les artistes du Bel Air a eu pour effet de promouvoir leur style personnel, de les encourager à signer leur production et de déployer l’utilisation de l’art des sequins au-delà de sa fonction d’origine, qui était de créer des drapeaux cérémoniels sacrés, tout en permettant à ces œuvres de conserver le savoir-faire et les traits stylistiques qui les caractérisent. Cet article, qui traite des œuvres des années Bel Air de Tina Girouard, se fonde sur des entretiens réalisés avec l’artiste afin de mieux resituer son art dans deux environnements socio-historiques liés entre eux, celui de la Louisiane et celui d’Haïti.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Interroger Tina Girouard sur son art, c’est planter une graine magique dans un sol fertile. À l’image du conte haïtien de l’oranger magique, racines, tronc, branches, feuilles, fleurs et fruits montent soudain des profondeurs de la terre pour atteindre le ciel et former un grand tout organique. En outre, les réponses de l’artiste, fruits d’une réflexion mûrie, tissent une toile qui s’étend à toute l’histoire sociale de l’Atlantique et des eaux qui ont charrié les humains et leurs manières d’être d’un bout du monde à l’autre. Elle raconte : « J’ai passé ma vie à essayer d’établir des connexions : l’Afrique, le Canada, la Louisiane, Haïti et les Caraïbes, et le Brésil. » À cela, elle pourrait ajouter comment elle a tenté de relier tous ces endroits et ces traditions à la scène artistique très active de New York à travers son engagement au sein de l’extraordinaire collectif de la galerie du 112 Green Street. Avec Gordon Matta-Clark, Larry Miller, Alan Saret, Jeffrey Lew et d’autres, Ti...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

LeGrace Benson, « Tina Girouard et l’art des sequins d’Haïti », Gradhiva, 21 | 2015, 76-103.

Référence électronique

LeGrace Benson, « Tina Girouard et l’art des sequins d’Haïti », Gradhiva [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/2942 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2942

Haut de page

Auteur

LeGrace Benson

Professeur retraitée de l’Université d’État de New York
legrace.benson@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page