Navigation – Plan du site
Dossier Création plastique d’Haïti

Trois capitaines pour un empereur ! Histoires de bizango

Three captains for an Emperor! Bizango stories
Catherine Benoît et André Delpuech
p. 130-155

Résumés

Depuis 2007, d’innombrables statues dites bizango, du nom d’une société secrète en Haïti, ont surgi sur la scène internationale du marché de l’art et des musées sans que leur généalogie ou l’existence d’une culture matérielle de ces sociétés aient été questionnées. À partir de l’acquisition d’une de ces statues par le musée du quai Branly, cet article se propose de retracer l’histoire récente de cette statuaire, les conditions de sa commercialisation et les raisons de son succès. Les bizango ont-ils été à un moment de leur histoire des artefacts utilisés dans des rituels de sociétés secrètes ou relèvent-ils exclusivement d’une démarche artistique et commerciale ? Peut-on réellement tracer une frontière entre objet rituel et objet esthétique ? Que nous disent-ils des tentatives de patrimonialisation et d’institutionnalisation du vodou ? Ne renvoient-ils pas à un imaginaire occidental inépuisable et infatigable quand il s’agit de diaboliser Haïti ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Arrêt sur images : la transaction
Périples transatlantiques
Un espace discursif contemporain
La trame narrative de la découverte
Frontières : tradition, création, marchandisation
Retour sur l’acquisition du musée du quai Branly
La doxa bizango
De la folie bizango
Ouverture : octobre 2014

Aperçu du début du texte

« Le rêve m’emporta doucement, debout devant la porte du baron Infi-nih, au temple Na-Ri-Véh. La société Zimba du Borgne, dont Frantz et moi sont les héritiers directs, nous a demandé de remplacer l’empereur bizango, tailleur, ensorceleur et cousin germain du célèbre esclave Makandal, par trois capitaines, Simbo “Diab” et Bizango. En effet, la puissance du bizango en ta possession ne peut être remplacée que par trois pouvoirs surnaturels.

Le coût total de leur déplacement pour la cérémonie de plaçage de ces esprits marrons nous a coûté plusieurs milliers de dollars, sans compter les trois cochons et les drums de clairin, nourritures de toutes sortes en provenance de plusieurs régions. Je sollicite donc ton aide financière pour payer les passages et ton droit de possession mystique du bizango. »

Un des sèvitè du temple sacré de Na-Ri-Véh 777 au galeriste qui acheta cette statue et la revendit au musée du quai Branly. E-mail du 3 décembre 2008.

Le musée du quai Branly a acquis en novemb...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Benoît et André Delpuech, « Trois capitaines pour un empereur ! Histoires de bizango », Gradhiva, 21 | 2015, 130-155.

Référence électronique

Catherine Benoît et André Delpuech, « Trois capitaines pour un empereur ! Histoires de bizango », Gradhiva [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/2961 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2961

Haut de page

Auteurs

Catherine Benoît

Connecticut College, New London, Etats-Unis
catherinebenoit@mac.com

André Delpuech

Musée du quai Branly, Paris
andre.delpuech@quaibranly.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page