Navigation – Plan du site
Études et essais

Le tatouage samoan et ses agents. Images, mémoire et actions rituelles

Samoan tattooing and its agents: images, memory, and ritual actions
Sébastien Galliot
p. 156-181

Résumés

Les Samoans produisent deux tatouages, l’un masculin appelé pe’a, l’autre féminin appelé malu, devenus si emblématiques de leur identité que leurs motifs se retrouvent sur une multitude de médias (maillots de rugby, pagnes, sculptures, châssis de réacteur d’avion). Ces motifs, librement disséminés et commercialisés, contrastent avec les œuvres rituelles produites et contrôlées par une communauté d’experts tatoueurs. Si la technologie du tatouage peut servir de ressource pour la production de sujets politiques, elle renvoie à une image rituelle complexe mobilisant des procédés figuratifs très élaborés dont la mémorisation et la transmission ne reposent pas strictement sur une articulation de l’image à la parole mais de l’image au corps.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le tatoueur samoan : un maître titré
Initiation et apprentissage « par corps »
Mémorisation, fabrication et iconicité des images tatouées
« Articité » et variations individuelles dans l’ornementation
Conclusion

Aperçu du début du texte

S’ils manifestent un intérêt pour le tatouage réalisé au dermographe et les compositions ornementales de type « néo-tribal polynésien », nombreux sont les Samoans des îles aussi bien que de la diaspora qui restent attachés aux marques standardisées masculines (pe’a) et féminines (malu, fig. 1) que permet d’obtenir une technique de tatouage par percussion effectuée dans le contexte d’un rituel et demeurant le privilège d’un corps de métier spécialisé ou d’experts. L’exceptionnelle continuité rituelle, technique et iconographique du tatouage samoan – qui a résisté dès le xixe siècle aux assauts du prosélytisme religieux des missionnaires tant protestants que catholiques –, sa popularité grandissante depuis les années 1970-1980 et l’adoption de son répertoire de motifs par un nombre croissant de tatoueurs occidentaux n’ont paradoxalement pas suscité d’enquête ethnographique approfondie sur les modalités de sa transmission. Témoignant d’une exceptionnelle résilience, le rituel et les im...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Galliot, « Le tatouage samoan et ses agents. Images, mémoire et actions rituelles », Gradhiva, 21 | 2015, 156-181.

Référence électronique

Sébastien Galliot, « Le tatouage samoan et ses agents. Images, mémoire et actions rituelles », Gradhiva [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/2969 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2969

Haut de page

Auteur

Sébastien Galliot

Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie
s.galliot1@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page