Navigation – Plan du site
Études et essais

Loin de Django, la musique des Manouches de Pau

Far away from Django: the music of the Gypsies in Pau
Jean-Luc Poueyto
p. 182-205

Résumés

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les Manouches de la région paloise ne jouent pas de « jazz manouche ». Bien au contraire, en famille, on joue de l’opéra italien, de la musique classique romantique, de la bossa nova, de la chanson de variété française et internationale des années 1960 et 1970. Un tel répertoire s’inscrit dans l’histoire de ces familles, depuis leurs séjours en Espagne durant la première partie du xxe siècle jusqu’à leur installation à Marseille à partir des années 1940, puis à Pau il y a une cinquantaine d’années. Nous retrouvons ici, comme dans la plupart des pratiques culturelles observées chez les Manouches, un processus d’appropriation qui consiste à donner un sens singulier à ce qui relève d’un patrimoine populaire commun. Si ces pratiques semblent prendre toute leur force au sein de l’intimité familiale, cela n’empêche pas les mêmes interprètes de se produire avec beaucoup de plaisir et de satisfaction devant un large public non manouche. Le concept d’« artification » nous aidera ici à mieux comprendre comment peut fonctionner cette articulation entre intimité et exposition publique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Jazz manouche et Manouches de Pau
Musiques écoutées et pratiques musicales ordinaires
L’appropriation
L’Espagne et Marseille
L’opéra
La voix
L’aura
L’héritage classique des Doerr
L’intimité et la publication

Aperçu du début du texte

Les Manouches de Pau ne jouent pas de jazz manouche. Selon eux, cette musique n’est pas la leur. « Leur musique » repose pour l’essentiel sur des chansons françaises, anglaises ou espagnoles quelquefois, datant des années 1960 ou 1970 et dont l’interprétation en public rencontre un très vif succès auprès des nombreux Manouches locaux. Ils jouent aussi des instrumentaux aux consonances « classiques » ou d’innombrables bossas-novas, et chantent des airs d’opéra qui emplissent soudainement les petites cabanes bricolées dans lesquelles se déroulent les fêtes familiales. Ces productions ne prennent tout leur sens qu’au sein des familles, mais ces musiciens sont tout de même amenés, en diverses occasions, à jouer ces mêmes musiques « pour les gadjé » : ceux qui ne sont pas Manouches. Réfléchir à ce qui se joue dans cette oscillation entre intimité familiale et exposition publique revient à comprendre le sens particulier de ces pratiques musicales pour les familles, pour mesurer ensuite le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Poueyto, « Loin de Django, la musique des Manouches de Pau », Gradhiva, 21 | 2015, 182-205.

Référence électronique

Jean-Luc Poueyto, « Loin de Django, la musique des Manouches de Pau », Gradhiva [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/2977 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2977

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Poueyto

Laboratoire ITEM, Université de Pau et des pays de l’Adour
jl.poueyto@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page