Navigation – Plan du site
dossier Cosmos

Choses cosmiques et cosmogrammes de la technique

Cosmograms and Other Cosmic Things
John Tresch
Traduction de Josiane Massard-Vincent
p. 24-47

Résumés

Les choses peuvent évoquer et même contenir tout un cosmos : c’est la thèse de Martin Heidegger dans certains de ses écrits tardifs, qui parlent des choses en tant que « rassemblements ». Mais son analyse des choses s’inscrit dans une critique soutenue de la technologie et de l’« époque des conceptions du monde ». Dans cet article, je considère les objets techniques, eux aussi, comme des « choses cosmiques » à la Heidegger. Pour contrebalancer ses généralisations totalisantes, voire totalitaires, sur l’« arraisonnement », ainsi qu’une tendance, assez largement répandue parmi les critiques de la modernité, à ne présenter la technologie qu’en termes dystopiques, uniformes et claustrophobes, je propose le concept de « cosmogramme » : un objet concret qui cherche à résumer l’ordre du cosmos. Les cosmogrammes des sciences et de la technique occidentales peuvent servir de base à la comparaison et à la connexion du « monde industriel » avec d’autres manières d’organiser l’univers.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été initialement publié en anglais sous le titre Technological World-Pictures: Cosmic Things and Cosmograms, in Isis 98 (1) 2007 : 84-99.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Un monde dans une vitrine
Équipement, monde, choses
Bug, en suspens
Des images du monde choséifiées
La technocratie rencontre la nécrocratie
Laisser advenir les choses techniques

Aperçu du début du texte

Un monde dans une vitrine

En parcourant un musée d’anthropologie, avec ses diaporamas et ses vitrines remplies d’outils, de masques, de statues et d’armes qui condensent des formes entières de vie, ne vous êtes-vous jamais demandé à quoi ressemblerait une vitrine consacrée à la culture contemporaine de l’Amérique du Nord ou des États-Unis ? Elle inclurait forcément des symboles et objets évoquant une pluralité contestée de systèmes religieux, politiques et scientifiques. Une place éminente devrait aussi y être faite aux objets techniques : ordinateurs, téléphones portables, pilules, modèles réduits d’usines, avions et autoroutes, avec, qui sait, l’ombre menaçante de bombes nucléaires dans un ciel peint en bleu. Le plastique mat et le titane étincelant de ces objets trancheraient avec le bois, les coquillages, les plumes et l’écorce des vitrines voisines ; pourtant, ce sont ces choses – à l’instar des calendriers maya, statues songye nkisi, canoés et totems kwakiutl – qui définissent ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

John Tresch, « Choses cosmiques et cosmogrammes de la technique », Gradhiva, 22 | 2015, 24-47.

Référence électronique

John Tresch, « Choses cosmiques et cosmogrammes de la technique », Gradhiva [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3019 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3019

Haut de page

Auteur

John Tresch

Department of History and Sociology of Science University of Pennsylvania
jtresch@sas.upenn.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page