Navigation – Plan du site
Études et essais

Montrer l’autre pour dire le soi, montrer le soi pour dire l’autre. La « farce des Nègres » du bas-Tapajós (Amazonie brésilienne)

Showing the other to say the self, showing the self to say the other. The "Negroes’ Farce" in the Lower Tapajós river basin (Brazilian Amazon)
Émilie Stoll
p. 192-221

Résumés

En Amazonie brésilienne, les fêtes patronales ont la particularité d’insérer des éléments carnavalesques au cœur des activités religieuses. En général, le dernier jour de la neuvaine est accompagné de l’abattage d’un mât votif. Dans les villages riverains du bas-Tapajós, ce rituel est accompagné par une « farce des Nègres » mettant en scène, sur le ton de l’humour grotesque, une famille burlesque de Noirs. Nous proposons une étude structurale de cette comédie afin de montrer que, sous leurs aspects ludiques, ces représentations proposent une réflexion identitaire sur la place du paysan métis dans l’espace amazonien, ainsi qu’une réactualisation des enjeux de la fête catholique, à savoir : un hommage rendu au saint patron de la localité et un dialogue avec les entités garantes de la reproduction sociale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La farce des Nègres : le jeu comme forme rituelle
Le rituel du mât votif dans le bas-Amazone
Le village de Notre-Dame de Fátima, dans l’Arapiuns
La farce des Nègres à Notre-Dame de Fátima
Les variations régionales
Une farce sur le mode de l’autodérision : la satire du caboclo
La mise en scène d’une relation négociée
Décryptage de la structure du rituel
Proposition d’interprétation du rituel
Une double métaphore : sexualité et fertilité agraire
La mise en scène d’une relation négociée : progéniture vs ressources naturelles
Conclusion

Aperçu du début du texte

fig. 1 Préparation des ornementations de la chapelle, 2011

fig. 1 Préparation des ornementations de la chapelle, 2011

© Émilie Stoll.

C’était le 13 mai 2012, jour chômé au Brésil en hommage à l’abolition de l’esclavage et date de la fête de Notre-Dame de Fátima, la sainte patronne de ce petit village riverain de la rivière Arapiuns (bas-Tapajós), en Amazonie. Comme chaque année, le dimanche clôturait la neuvaine des festivités religieuses, avec un spectacle somme toute assez insolite chez des populations qui revendiquent une identité indienne : une « farce des Nègres » (brincadeira dos pretos), mettant en scène, sur le ton de l’humour grotesque, une famille burlesque de Noirs.

Nous nous interrogeons ici sur la place occupée par ce rituel au sein des fêtes patronales amazoniennes et en proposons une lecture structurale. Qui sont ces Noirs ? Que se joue-t-il lorsqu’ils abattent le mât votif ? Quel est le lien entre cet épisode carnavalesque et la célébration catholique ? Autant de questions à partir desquelles nous ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Stoll, « Montrer l’autre pour dire le soi, montrer le soi pour dire l’autre. La « farce des Nègres » du bas-Tapajós (Amazonie brésilienne) », Gradhiva, 22 | 2015, 192-221.

Référence électronique

Émilie Stoll, « Montrer l’autre pour dire le soi, montrer le soi pour dire l’autre. La « farce des Nègres » du bas-Tapajós (Amazonie brésilienne) », Gradhiva [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3085 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3085

Haut de page

Auteur

Émilie Stoll

Fyssen Foundation Post Doctoral Research Fellow University of Aberdeen School of Social Science.
em_di_sto@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page