Navigation – Plan du site
Dossier Collections mixtes

Coquilles et médailles. Naturalia et artificialia dans les collections de province autour de la Révolution

Shells and medals: Naturalia and artificialia in provincial collections around the time of the French Revolution
Pierre-Yves Lacour
p. 50-67

Résumés

Dans le moment révolutionnaire, tout particulièrement lors des grandes (re)fondations des années 1793-1795, les collections parisiennes tendent à se spécialiser rapidement dans l’un ou l’autre des quatre grands domaines d’objets matériels : la nature, les antiquités, les techniques et les beaux-arts. Autour de 1800, les collections qui rejettent ce modèle de spécialisation et associent naturalia et artificialia sont démonétisées, à l’image des cabinets provinciaux, qu’ils soient particuliers ou institutionnels. Si, vers 1810, les collections provinciales mêlent encore des objets naturels et artificiels, ces derniers ne sont plus les mêmes que dans les années 1780, les artefacts exotiques étant tantôt rendus invisibles tantôt ordonnés dans une histoire de l’industrie humaine. Le couplage coquilles (ou minéraux) et médailles (ou antiquités) est alors la règle. Il conviendrait de ne pas lire dans ces mélanges d’objets hétéroclites l’incarnation d’un projet intellectuel de mise en rapport des savoirs mais d’y voir, plus prosaïquement, des rassemblements contingents liés à l’histoire même des collections.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La mauvaise réputation provinciale
Les collections des institutions
Les collections des particuliers
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les collections mixtes autour de la Révolution mélangent naturalia et artificialia dans le prolongement des cabinets européens du xviie siècle (Daston et Park 1998 ; Impey et MacGregor [éd.] 1985 ; Lugli 1998 ; Schnapper 1988). Cet assemblage de choses naturelles et artificielles, de spécimens déjà là dans la nature et de produits de la main de l’homme caractérise la culture de la curiosité si prégnante dans l’Europe moderne entre la Renaissance tardive et les premières Lumières, soit à peu près entre 1580 et 1720. Pourtant, vers 1700, partout en Europe, la curiosité cesse progressivement d’être une valeur connotée positivement (Benedict 2001). Elle n’est certes plus un vice moral comme au Moyen Âge, mais elle est en passe de devenir un défaut de la raison. En quelques années, Bernard Le Bouyer de Fontenelle, René Descartes, Gottfried Wilhelm Leibniz ou Luigi Ferdinando Marsilli dénigrent cet appétit curieux qui mêle des choses de différentes natures. Marsilli, fondateur de l’Instit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Lacour, « Coquilles et médailles. Naturalia et artificialia dans les collections de province autour de la Révolution », Gradhiva, 23 | 2016, 50-67.

Référence électronique

Pierre-Yves Lacour, « Coquilles et médailles. Naturalia et artificialia dans les collections de province autour de la Révolution », Gradhiva [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3130 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3130

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Lacour

Université Paul-Valéry Montpellier
pylacour@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page