Navigation – Plan du site
Dossier Collections mixtes

Insectes, armes et parures. Les enjeux de la collection d’Achille Raffray (Nouvelle-Guinée, 1877)

Insects, weapons and parures: Objects in the Achille Raffray collection (New Guinea 1877)
Philippe Peltier
p. 68-95

Résumés

Lors de sa mission en 1876 sur la côte nord de Nouvelle-Guinée, l’entomologiste Achille Raffray constitua trois collections. La première est consacrée, sans surprise, aux insectes et aux oiseaux, la deuxième, plus inattendue, aux objets ethnographiques et la troisième aux crânes humains. À son retour de mission, toutes ces collections furent achetées par l’État, les objets intégrant le musée d’Ethnographie du Trocadéro. Jusqu’à nos jours, ce dernier ensemble d’une centaine de pièces n’a pas attiré l’attention des chercheurs. Il est cependant pour l’époque un exemple remarquable de collecte et le récit de voyage que Raffray publia dans Le Tour du monde permet de comprendre comment celle-ci fut menée, au regard des débats qui agitaient alors le milieu anthropologique sur la question de l’art et de l’esthétique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Terrain
Inventorier
Classer, penser
Collecter en série ?

Aperçu du début du texte

Le 20 juillet 1876, le transporteur La Corrèze quitte la rade de Toulon. Il emporte à son bord deux jeunes hommes, Achille Raffray, entomologiste, spécialiste des coléoptères, et Maurice Maindron, préparateur stagiaire au Muséum d’histoire naturelle, dont la destination finale est l’île, encore largement inexplorée, de la Nouvelle-Guinée. Au terme de plusieurs semaines de voyage, ils atteignent les Moluques où ils séjournent quelque temps avant de quitter Ternate le 16 janvier 1877 à bord d’une des goélettes de la flottille commanditée par un autre naturaliste français, Léon Laglaize, qui parcourt différents lieux de Nouvelle-Guinée. Quatre jours plus tard, ils atteignent leur destination finale, la petite baie de Dorey, à l’entrée de la grande baie de Geelwinck. Ils s’y installent, mais rapidement Maindron se blesse à la jambe. Sa blessure s’infecte et se transforme en ulcère tropical qui l’empêche de se déplacer. Il ne peut participer aux collectes pour lesquelles les deux hommes ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Peltier, « Insectes, armes et parures. Les enjeux de la collection d’Achille Raffray (Nouvelle-Guinée, 1877) », Gradhiva, 23 | 2016, 68-95.

Référence électronique

Philippe Peltier, « Insectes, armes et parures. Les enjeux de la collection d’Achille Raffray (Nouvelle-Guinée, 1877) », Gradhiva [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 27 mars 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3140 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3140

Haut de page

Auteur

Philippe Peltier

Conservateur général du patrimoine musée du quai Branly, Paris
philippe.peltier@quaibranly.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page