Navigation – Plan du site
Dossier Collections mixtes

Art nouveau ou art congolais à Tervuren ? Le musée colonial comme synthèse des arts

Art Nouveau or Congolese art? The colonial museum in Tervuren: a synthesis of the arts
Dominique Jarrassé
p. 122-145

Résumés

Lors de l’Exposition universelle de Bruxelles en 1897, le roi Léopold II installe une section congolaise à Tervuren dans un bâtiment qui deviendra le musée colonial. Aménagée par des architectes Art nouveau, comme Paul Hankar ou Henry van de Velde, elle regroupait des collections ethnographiques, des produits d’importation et d’exportation, des animaux vivants, mais aussi un salon d’honneur présentant des statuettes d’ivoire produites par des artistes belges. L’ivoire s’y trouvait décliné sous toutes les formes, « œuvres d’art » belges, « objets ethnographiques » congolais, défenses animales à l’état naturel intégrées au décor et à des mises en scène des peuples congolais. Véritable œuvre d’art totale, l’exposition devait sa cohérence au lien profond entre l’Art nouveau, qualifié de « style Congo » pour son usage vitaliste de matériaux exotiques et de formes primitivistes, et l’idéologie coloniale des commanditaires.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Naturalia et artificialia dans le cadre du musée colonial
Art congolais ou Art nouveau ? Un art colonial
L’ivoire : de la barbarie à la civilisation, ou l’inverse ?

Aperçu du début du texte

S’il est un musée où se sont entremêlés animaux empaillés, produits naturels, fétiches – pas encore promus au rang d’œuvres d’art – et commandes d’art à visée colonialiste, c’est bien celui que le roi Léopold II (1835-1909) a consacré au Congo en 1897. Inscrit dans le bref moment de l’Art nouveau, ce projet a suscité un lien inédit entre le mélange naturalia et artificialia induit par l’idéologie coloniale et cette esthétique revendiquant une inspiration naturelle en réaction à l’abus des styles historiques et préconisant le recours à des matériaux délaissés, tant en architecture que dans les arts décoratifs. À tous les niveaux, les responsables, le baron Edmond van Eetvelde (1852-1925) et le lieutenant Théodore Masui (1863-19…), prônent donc une cohérence nature/culture reposant sur les matières, les artefacts locaux et les créations occidentales, parallèlement à la mise en scène de collections présentant la flore, la faune et les minéraux du Congo. Bois et ivoire sont parmi les ma...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Jarrassé, « Art nouveau ou art congolais à Tervuren ? Le musée colonial comme synthèse des arts  », Gradhiva, 23 | 2016, 122-145.

Référence électronique

Dominique Jarrassé, « Art nouveau ou art congolais à Tervuren ? Le musée colonial comme synthèse des arts  », Gradhiva [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3159 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3159

Haut de page

Auteur

Dominique Jarrassé

Université Bordeaux Montaigne - Centre F.G. Pariset
d.jarasse@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page