Navigation – Plan du site
Dossier Collections mixtes

Les collections d’art contemporain à l’épreuve du vivant à travers quelques cas remarquables

Collections of contemporary art put to the test by the incorporation of living things: some remarkable case studies
Cyrille Bret
p. 146-167

Résumés

L’œuvre d’art européocentrée s’est historiquement définie en tant qu’objet visuel unique. Or, à partir des années 1960, des artistes ont fait éclater ce modèle en artifiant le vivant et en révélant la portée artistique des clivages entre nature et culture, humain et non-humain. Dès lors qu’elles rentrent dans une collection, que deviennent ces œuvres mixtes mêlant le vivant à l’objet ? À travers quatre études de cas récentes comprenant de la moisissure, des insectes, des animaux ou encore des corps humains, cet article vise à comprendre comment les chargés de conservation font exister ces entités composites dans une collection, et dans quelle mesure leur caractère vivant peut être préservé. Relevant les paradoxes de l’objectualisation de l’art et ses conséquences, il s’attarde sur le rôle de la durée d’exposition ou du protocole dans le bricolage des ontologies pluralistes et provisoires de ces œuvres.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Quelques remarques historiographiques et méthodologiques sur le clash de (l’histoire de) l’art et du vivant
Quatre études de cas prises dans l’histoire (du temps présent) de l’art contemporain
Un organisme simple auto-extensif dans une collection publique française
Une dizaine d’insectes sculpteurs dans une collection publique française
Cent cinquante pigeons dans une collection privée
Des corps humains en action dans une collection publique au Québec
Conclusion : Pour une histoire (de l’art) du grand partage

Aperçu du début du texte

En 2007, alors que je travaillais pour l’Institut d’art contemporain de Villeurbanne, j’ai participé au montage d’une exposition monographique consacrée à l’artiste François Curlet dans laquelle une salle avait été intégralement réservée à la présentation d’une œuvre intitulée Chaquarium. Cette dernière avait alors parfaitement rempli cette fonction d’aiguillon spéculatif que l’on reconnaît parfois à certaines réalisations artistiques. Ainsi les visiteurs de l’exposition se retrouvaient-ils face à un simulacre d’aquarium d’environ 30 m (à l’échelle humaine donc). Une cloison en Plexiglas séparait l’espace des spectateurs, réduit à un couloir de passage, d’un monde métaphoriquement aquatique clos par des murs blancs sur les trois autres côtés, comprenant une sorte d’algue ou de corail monumental, du gravier blanc répandu au sol, une gamelle en inox et… un chat se prélassant dans une sculpture en forme de noix de coco creuse, à moins qu’il ne fût occupé à faire ses griffes contre le s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Bret, « Les collections d’art contemporain à l’épreuve du vivant à travers quelques cas remarquables », Gradhiva, 23 | 2016, 146-167.

Référence électronique

Cyrille Bret, « Les collections d’art contemporain à l’épreuve du vivant à travers quelques cas remarquables », Gradhiva [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3170 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3170

Haut de page

Auteur

Cyrille Bret

Haute École des arts du Rhin
cyrille.bret@hear.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page