Navigation – Plan du site
Dossier Collections mixtes

Ramasser le monde. Ce que les œuvres de la nature et de la culture font aux collectionneurs contemporains

Collecting the world. What works of nature and culture do to contemporary collectors
Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini
p. 168-193

Résumés

Collectionner à la fois l’art primitif et les spécimens naturels engage à ces deux types d’objets, des relations moins dissemblables qu’on pourrait le supposer. De fait, l’approche ethnographique rend sensible aux continuités discursives, physiques et conceptuelles que les collectionneurs établissent entre les éléments de ces catégories au-delà de leur disparité. Représentations de la collecte, préférences esthétiques, disposition spatiale des pièces, analogisme, projections fusionnelles ou encore réflexions sur le fragment, la sélection et le temps : ces différents aspects, ici mis en perspective, relèvent d’un même regard intégrateur. Ils dessinent un imaginaire tout à la fois intime et cosmologique qui participe de la construction d’un rapport subjectif et donc forcément singulier au monde.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Manières de dire
Manières de faire
Le regard intégrateur
Le temps et la mort
Sélection et jeux sériels
Mystique de la matière
Subjectivités à l’œuvre

Aperçu du début du texte

Les travaux sur les pratiques contemporaines de collection procèdent le plus souvent par approches généralistes ou thématiques, par catégories particulières d’objets ou encore focalisation sur un collectionneur célèbre. À moins d’être considérés comme des « collectionneurs de collections » (Cueco 1995) dont l’éclectisme même interpelle, ceux qui possèdent des ensembles d’objets disparates sont rarement interrogés sur le sens donné à ce choix, spécialement quand les pièces rassemblées relèvent à la fois de la nature et de la culture. Aussi a-t-on tendance à traiter séparément le collectionneur de reliquaires kota et le collectionneur de fossiles, quand bien même il s’agit de la même personne. C’est au contraire sur ce qui rapproche et relie les diverses classes d’objets collectés aux yeux de leur détenteur que nous voudrions porter l’attention en tirant parti d’informations recueillies lors d’une précédente enquête sur les collectionneurs d’art primitif (Derlon et Jeudy-Ballini 2008)...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini, « Ramasser le monde. Ce que les œuvres de la nature et de la culture font aux collectionneurs contemporains », Gradhiva, 23 | 2016, 168-193.

Référence électronique

Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini, « Ramasser le monde. Ce que les œuvres de la nature et de la culture font aux collectionneurs contemporains », Gradhiva [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 24 avril 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3177 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3177

Haut de page

Auteurs

Brigitte Derlon

École des hautes études en sciences sociales / LAS
derlon@ehess.fr

Monique Jeudy-Ballini

CNRS / LAS
m.jeudy-ballini@college-de-france.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page