Navigation – Plan du site
Études et essais

Genèses de La Fin du monde de De Martino

The origins of De Martino’s The End of the World
Carlo Ginzburg
Traduction de Camille Joseph
p. 194-213

Résumés

Cet article analyse le dernier projet de recherche, inachevé, d’Ernesto De Martino : ses notes parues sous le titre La Fin du monde dans une édition posthume. Nous remontons ici aux sources lointaines du projet, au moment où est conçu Le Monde magique, dans les années 1940, alors que De Martino découvre les travaux de Sergueï Shirokogoroff sur les chamanes toungouses et – à travers Wilhelm Emil Mühlmann, chercheur nazi en folklore et en anthropologie – la pensée de Martin Heidegger. C’est dans ce contexte que De Martino élabore sa thèse fondamentale sur la perte de la présence. Mais c’est seulement au début des années 1960 que celle-ci est reliée au thème de la fin du monde, grâce à un film, ou plutôt aux dernières minutes d’un film : L’Éclipse (1962) de Michelangelo Antonioni.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction de l’anglais par Camille Joseph, revue par Giordana Charuty

Notes de l’auteur

Ce texte est issu d’une conférence donnée le 9 juillet 2015 au colloque Mourning, Magic, Ecstatic Healing: Ernesto De Martino, organisé par le Zentrum fur Literatur-und Kulturforschung de Berlin.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

I
II

Aperçu du début du texte

On peut considérer La Fin du monde, dernier projet inachevé d’Ernesto De Martino, comme le fruit d’incitations diverses, en partie contradictoires. J’essaierai d’en reconstruire quelques-unes, en m’appuyant tant sur des évidences que sur des conjectures raisonnablement contextualisées.

I

1. Le trait le plus évident du projet de La Fin du monde est sa relation avec Le Monde magique, le livre le plus original et le plus dérangeant de De Martino. La magie, affirme l’auteur, contribue puissamment à rétablir la présence, fragile et menacée, de l’individu dans le monde. En un sens, suggère De Martino, le monde en tant que tel, et la présence de l’homme au monde, sont des produits historiques de la magie. Il y a longtemps, développant une idée avancée par Renato Solmi, j’ai relevé certaines analogies entre Le Monde magique de De Martino et La Dialectique de la raison de Theodor W. Adorno et Max Horkheimer qui m’ont conduit à inscrire ces deux ouvrages dans une catégorie plus large, les « liv...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlo Ginzburg, « Genèses de La Fin du monde de De Martino », Gradhiva, 23 | 2016, 194-213.

Référence électronique

Carlo Ginzburg, « Genèses de La Fin du monde de De Martino », Gradhiva [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3187 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3187

Haut de page

Auteur

Carlo Ginzburg

Université de Californie, Los Angeles - École normale supérieure de Pise
ginzburg@history.ucla.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page