Navigation – Plan du site
Dossier ARTchives

Fragments d’histoire congolaise. Les archives coloniales réactivées du Mémorial Savorgnan de Brazza et de la Fresque de l’Afrique

Fragments of Congolese history: The reactivated colonial archive of the Savorgnan de Brazza Memorial and of the Fresque de l’Afrique
Nora Greani
p. 82-105

Résumés

En 2006, à Brazzaville, la décoration intérieure du Mémorial Savorgnan de Brazza est confiée à un collectif de peintres qui réalisent une vaste fresque, retraçant l’histoire du contact de l’explorateur avec la terre congolaise. Près de quarante ans plus tôt, la Fresque de l’Afrique avait été réalisée dans la capitale afin de commémorer la mise en place d’une République populaire socialiste. Dans ces deux œuvres officielles, on trouve une scène identique qui, bien qu’elle réactive la même archive coloniale, est investie de messages politiques antagonistes. Basé sur une analyse iconographique et sur le recueil de témoignages oraux, cet article étudie la fragmentation du récit historique sous le pinceau des artistes congolais. Son principal enjeu est d’éclairer l’évolution du rapport officiel au passé colonial en République du Congo au travers de différents usages des archives.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les fresques vues « du bas »
Réactivations en cascade
Faire émerger l’inspiration à Poto-Poto
Deux discours pour une même archive

Aperçu du début du texte

À la fin du xixe siècle, l’explorateur charismatique Pierre Savorgnan de Brazza permet à la France de prendre possession de l’actuel territoire de la République du Congo. En 2006, sa dépouille est transférée d’Alger à Brazzaville, au sous-sol d’un imposant monument circulaire de facture néoclassique, entouré d’un jardin verdoyant et devancé par sa statue en pied. La première pierre de ce mémorial a été posée en février 2005, en présence des présidents congolais, gabonais et français (respectivement Denis Sassou N’Guesso, feu Omar Bongo Ondimba et Jacques Chirac). Cet événement correspond, en France, à l’adoption controversée de la loi n° 2005-158 portant sur les aspects « positifs » de la colonisation (Boilley 2005). L’inauguration officielle du monument, le 3 octobre 2006 – en référence au 3 octobre 1880, date à laquelle Savorgnan de Brazza arbore le pavillon français et fonde Brazzaville –, s’est déroulée sur fond de polémiques internationales liées au coût de construction élevé e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nora Greani, « Fragments d’histoire congolaise. Les archives coloniales réactivées du Mémorial Savorgnan de Brazza et de la Fresque de l’Afrique », Gradhiva, 24 | 2016, 82-105.

Référence électronique

Nora Greani, « Fragments d’histoire congolaise. Les archives coloniales réactivées du Mémorial Savorgnan de Brazza et de la Fresque de l’Afrique », Gradhiva [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2019, consulté le 24 avril 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3263 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3263

Haut de page

Auteur

Nora Greani

Chercheuse associée au IIAC-Lahic
nora.greani@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page