Navigation – Plan du site
Dossier ARTchives

Sampler les bruits de la ville, archiver les traces des balles. La création musicale hip-hop contre les politiques de l’amnésie au Gabon

Sampling city noises, archiving bullet impacts: Hip-hop against amnesia policies in Gabon
Alice Aterianus-Owanga
p. 108-135

Résumés

Cet article examine les modes d’appropriation du sampling par les beatmakers du Gabon, dans un contexte d’occultation et de destruction des archives officielles. L’analyse des pratiques créatives, des discours idéologiques et du rapport à la notion d’archive chez plusieurs d’entre eux, fait apparaître que les usages de sonorités préexistantes répondent ici tantôt à des enjeux de particularisation, tantôt à un geste politique critique, dans l’intention de témoigner d’une expérience de la réalité sociale dissimulée par les politiques médiatiques. L’usage du sampling induit un geste créatif entrelaçant la resignification de sons du passé et l’archivage du présent, contribuant à la formation d’archives ordinaires.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Des archives chronophages : politiques de l’amnésie au Gabon
Du sampling dans le hip-hop gabonais : origines et étapes historiques
Collages et sampling sonore : l’identification par le recours aux sonorités préexistantes
Le beatmaker en « alchimiste » du passé : archivage et composition musicale chez Engone Endong
Recréer le « vacarme des villes » : le beatmaking comme art « mineur » subversif
Ironie et dérision : quelques modes mineurs de la critique par le sampling
Le beatmaker en archiviste, le beat en archive

Aperçu du début du texte

L’art du sampling – technologie de découpe et de transformation d’enregistrements sonores préexistants – est constitutif du hip-hop, et le chinage de matériaux sonores qu’il induit s’impose comme geste fondateur de nombre de créations musicales de ce mouvement. Il en est non seulement l’un des soubassements technologiques, amené par l’usage du sampler, mais aussi un véritable choix esthétique, à l’origine d’une sonorité particulière (Béthune, 2003 : 63-79, 2011 ; Déon, 2011 ; Harkins, 2012). C’est au travers d’incessants allers-retours entre des samples de musiques préexistantes et des enregistrements de sonorités ordinaires que les beatmakers créent la texture sonore caractéristique de l’esthétique hip-hop, reconnaissable par sa dimension cyclique. Le sampling participe en effet plus globalement d’un principe de composition par la mise en boucle (looping) d’une multitude de fragments sonores, altérés et fondus dans de nouvelles harmonies :

« Quelle que soit la technique utilisée pou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Aterianus-Owanga, « Sampler les bruits de la ville, archiver les traces des balles. La création musicale hip-hop contre les politiques de l’amnésie au Gabon », Gradhiva, 24 | 2016, 108-135.

Référence électronique

Alice Aterianus-Owanga, « Sampler les bruits de la ville, archiver les traces des balles. La création musicale hip-hop contre les politiques de l’amnésie au Gabon », Gradhiva [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2019, consulté le 28 mai 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3277 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3277

Haut de page

Auteur

Alice Aterianus-Owanga

FMSH/IFAS Johannesburg - Lahic/IIAC
aliceaterianus@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page