Navigation – Plan du site
Dossier ARTchives

Création et tradition. Histoire d’une idéologie de l’art au Cameroun

Creation and tradition: A history of an art ideology in Cameroon
Franck Beuvier
p. 136-163

Résumés

Cet article revient sur la genèse et le développement d’une idéologie de l’art au Cameroun, qui s’affirme depuis les années 1940 sur la base d’une affinité entre les valeurs de création et de tradition. Ce rapport d’identité, établi principalement à partir des exégèses qui ont accompagné les entreprises de sauvegarde et de mise en valeur de l’art des chefferies et royaumes des Grassfields, est analysé suivant un parcours historique en trois temps. Trois temps illustrés par trois personnalités : Raymond Lecoq, Engelbert Mveng et Jean-Paul Notué, dont l’engagement au service de la reconnaissance et de la transmission de cet univers plastique a contribué à fixer ces valeurs, sur le plan local et national. Un parcours, enfin, qui témoigne de la naissance d’un champ proprement africain de l’art au Cameroun.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

La mission civilisatrice n’est plus
L’artiste et ses racines
Au commencement était l’art camerounais
Le sens de l’art bamiléké

Aperçu du début du texte

Qui traverse le territoire de la chefferie de Bandjoun ne peut rester insensible aux architectures monumentales nées de l’imagination de l’homme d’affaires Victor Fotso et du jeune plasticien Barthélémy Toguo, étoile montante de l’art contemporain. L’artiste, qui vit en France et dont les œuvres se vendent à prix d’or, a créé un lieu dans la chefferie d’origine de ses parents, à la fois « centre d’art » et résidence d’artistes : Bandjoun Station. Entouré d’un mur d’enceinte recouvert de fragments de pierre colorés et de carreaux formant de larges tableaux, l’édifice, composé de deux bâtiments juxtaposés, de trois niveaux chacun, est une imposante construction mêlant verre et mosaïque. Une « œuvre maison » en quelque sorte, dont Toguo a pensé chaque détail, chaque motif et chaque représentation en façade, lesquels se rattachent à son univers plastique et à l’iconographie de ce qu’il appelle « art classique », célébré par les mondes de l’art primitif sous l’intitulé « art du Grassland...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Beuvier, « Création et tradition. Histoire d’une idéologie de l’art au Cameroun », Gradhiva, 24 | 2016, 136-163.

Référence électronique

Franck Beuvier, « Création et tradition. Histoire d’une idéologie de l’art au Cameroun », Gradhiva [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2019, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3281 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3281

Haut de page

Auteur

Franck Beuvier

CNRS, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain
franck.beuvier@cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page