Navigation – Plan du site
Dossier ARTchives

À l’ombre des murs palimpsestes. Les graffiti carcéraux ou faire avec les aveux de l’histoire

In the shadows of the palimpsest walls: Prison graffiti, or dealing with the confessions of history
Anne Monjaret
p. 164-189

Résumés

Les graffiti de prison ont un statut qui oscille entre art et archives. Selon le regard porté sur eux, ils deviennent l’un ou l’autre, quand ils ne sont pas considérés comme les deux à la fois. Les murs carcéraux se transforment ainsi en documents à conserver ou en œuvres à montrer. Le propre de ces graffiti clandestins est de renvoyer à des faits marqués par le sceau d’une histoire sociale et politique. Anne Monjaret se propose d’interroger les manières de traiter ces « héritages encombrants », reflets des relations institutionnelles à l’histoire. Elle analyse le rôle des ethnologues et des historiens qui composent avec ces traces murales et participent à la valorisation historique, patrimoniale et artistique de ces productions sensibles. Dans un même temps, elle s’intéresse à la place des nouveaux outils offerts par la numérisation et Internet dans ce processus.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Dédicace

À Daniel Fabre

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les « livres de pierre » en milieu carcéral
Prémices d’un intérêt pour les écritures clandestines
La tentation de conservation ou une patrimonialisation minimale
Exposer les graffiti ou le retour sur un passé douloureux
Le numérique à la rescousse des graffiti ou le danger de la perte de sens
Les graffiti aux prises avec l’histoire

Aperçu du début du texte

Les lieux de détention ne sont pas tous, dès leur naissance, des prisons (Foucault 1975) : châteaux, immeubles d’habitation, hôtels, musées, etc., se sont vus transformés en espaces d’incarcération et leurs murs portent les traces déposées par les hommes qui y ont été enfermés. Celles-ci sont les indices tangibles de faits de réclusion. Ainsi, « aux côtés des graffiti de victimes politiques demeure la grande masse des expressions graphiques laissées par des détenus de droit commun […] » (Vimont 2008 : 198).

fig. 1 Bernard Plossu, Musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie, escalier dont l’issue est murée, 1985-2001, tirage sur papier baryté, 30 x 35 cm.

fig. 1 Bernard Plossu, Musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie, escalier dont l’issue est murée, 1985-2001, tirage sur papier baryté, 30 x 35 cm.

Coll. musée du quai Branly © Bernard Plossu.

Les stigmates appartiennent à un langage commun et clandestin reconnaissable : mots, dates, chiffres, dessins tapissent souvent les murs des cellules. Avec le temps, quand elles ne sont pas effacées, ces traces peuvent se transformer en archives, en art popul...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Monjaret, « À l’ombre des murs palimpsestes. Les graffiti carcéraux ou faire avec les aveux de l’histoire », Gradhiva, 24 | 2016, 164-189.

Référence électronique

Anne Monjaret, « À l’ombre des murs palimpsestes. Les graffiti carcéraux ou faire avec les aveux de l’histoire », Gradhiva [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2019, consulté le 24 avril 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3288 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3288

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page