Skip to navigation – Site map
Dossier ARTchives

À l’ombre des murs palimpsestes. Les graffiti carcéraux ou faire avec les aveux de l’histoire

In the shadows of the palimpsest walls: Prison graffiti, or dealing with the confessions of history
Anne Monjaret
p. 164-189

Abstracts

The status of prison graffiti oscillates between art and archive. Depending on how one looks at them, they become one or the other, or even appear to be both at the same time. Carceral walls then turn into documents to be preserved or works of art to be exhibited. These clandestine graffiti refer to events belonging to a political and social history. The aim of this paper is to examine how this “troublesome heritage” is dealt with and reflects the relations of institutions to history, by looking at the role of ethnologists and historians who grapple with these mural traces and participate in the historical, patrimonial and artistic promotion of these sensitive productions. Also, this paper highlights the role that new technologies (such as digitalization and the Internet) play in the process.

Top of page

Index terms

Top of page

Dedication

À Daniel Fabre

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2020.
Read it

Outline

Les « livres de pierre » en milieu carcéral
Prémices d’un intérêt pour les écritures clandestines
La tentation de conservation ou une patrimonialisation minimale
Exposer les graffiti ou le retour sur un passé douloureux
Le numérique à la rescousse des graffiti ou le danger de la perte de sens
Les graffiti aux prises avec l’histoire

Text / first lines

Les lieux de détention ne sont pas tous, dès leur naissance, des prisons (Foucault 1975) : châteaux, immeubles d’habitation, hôtels, musées, etc., se sont vus transformés en espaces d’incarcération et leurs murs portent les traces déposées par les hommes qui y ont été enfermés. Celles-ci sont les indices tangibles de faits de réclusion. Ainsi, « aux côtés des graffiti de victimes politiques demeure la grande masse des expressions graphiques laissées par des détenus de droit commun […] » (Vimont 2008 : 198).

fig. 1 Bernard Plossu, Musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie, escalier dont l’issue est murée, 1985-2001, tirage sur papier baryté, 30 x 35 cm.

fig. 1 Bernard Plossu, Musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie, escalier dont l’issue est murée, 1985-2001, tirage sur papier baryté, 30 x 35 cm.

Coll. musée du quai Branly © Bernard Plossu.

Les stigmates appartiennent à un langage commun et clandestin reconnaissable : mots, dates, chiffres, dessins tapissent souvent les murs des cellules. Avec le temps, quand elles ne sont pas effacées, ces traces peuvent se transformer en archives, en art populaire...

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne Monjaret, « À l’ombre des murs palimpsestes. Les graffiti carcéraux ou faire avec les aveux de l’histoire », Gradhiva, 24 | 2016, 164-189.

Electronic reference

Anne Monjaret, « À l’ombre des murs palimpsestes. Les graffiti carcéraux ou faire avec les aveux de l’histoire », Gradhiva [Online], 24 | 2016, Online since 07 December 2019, connection on 24 October 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3288 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3288

Top of page

About the author

Anne Monjaret

IIAC-Lahic-CNRS-EHESS
anne.monjaret@ehess.fr

Top of page

Copyright

© musée du quai Branly

Top of page