Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Serge Dunis, L’Île aux femmes

Paris, CNRS Éditions, coll. « Bibliothèque de l’anthropologie », 2016
Frédéric Keck
p. 256-257
Bibliographical reference

Serge Dunis, L’Île aux femmes, Paris, CNRS Éditions, coll. « Bibliothèque de l’anthropologie », 2016, 784 p.

Full text

1Serge Dunis, professeur d’anglais à l’université de la Polynésie française, propose dans cet ouvrage de compléter la démonstration de Claude Lévi-Strauss sur la cohérence de la mythologie amérindienne à partir du thème de l’origine du feu, par une démonstration similaire sur la mythologie océanienne à partir du thème de l’enfantement hétérosexuel. Alors que Claude Lévi-Strauss partait d’un mythe bororo sur un dénicheur d’oiseaux traversant plusieurs niveaux du cosmos pour couvrir, par un système de transformations, tout le continent amérindien, Serge Dunis part d’un mythe taiwanais dans lequel des femmes vivant sur une île donnent naissance aux enfants en s’accouplant avec des racines du pandanus avant que n’arrive un beau jeune homme avec lequel elles s’accouplent. Puis l’auteur couvre l’ensemble du monde océanien en redescendant par la Nouvelle-Zélande et l’île de Pâques, suivant les voies de circulation de la patate douce et les vents d’El Niño, et en remontant du Chili vers la Californie du Nord, avant de boucler son périple par le détroit de Béring et la Sibérie. L’ouvrage de presque 800 pages rivalise avec la tétralogie lévi-straussienne par son érudition ethnographique et son ambition géographique.

  • 1 Serge Dunis, Pacific Mythology, thy Name is Woman, Papeete, Haere Po, 2009. Voir le compte rendu de (...)

2Maurice Godelier précise dans la préface le statut de ce livre publié dans la collection « Bibliothèque de l’anthropologie » qu’il dirige aux Éditions du CNRS – une des rares collections qui accueillent encore des ouvrages ambitieux en anthropologie. Il s’agissait d’abord de traduire le livre par lequel Serge Dunis s’est rendu célèbre dans le monde des océanistes, Pacific Mythology: Thy Name is Woman, paru en 20091. Ce livre avait été écrit à la suite d’une lutte contre le cancer auquel l’auteur avait miraculeusement survécu, et mêlait à l’admiration pour Claude Lévi-Strauss – dont on fêtait alors le centenaire – la joie du survivant. D’où un ton déjà très personnel, à la limite de la mégalomanie, permettant à Serge Dunis de traverser des aires culturelles et des domaines de connaissance que beaucoup de chercheurs tiennent par prudence séparés.

3En commençant à traduire lui-même son ouvrage de l’anglais au français, Serge Dunis a aussi mené de nouvelles recherches qui l’ont conduit à compléter sa démonstration sur les liens entre la Chine, Taiwan et le Pacifique par des mythes issus d’Amérique du Nord et de Sibérie, dans le sillage des travaux de Claude Lévi-Strauss sur le thème des vagina dentata et de Roberte Hamayon sur la séduction de la proie par le chasseur dans les récits chamaniques. Le livre a alors doublé de volume au point de pouvoir se présenter avec le sous-titre suivant : « 8 000 ans d’un seul et même mythe d’origine en Asie-Pacifique-Amérique ».

4Maurice Godelier ne cache pas dans sa préface les perplexités qu’une telle ambition scientifique ne peut manquer de susciter. Est-ce parce qu’on retrouve le même mythe d’origine dans différentes régions qu’il permet de tracer la diffusion de traits culturels entre elles ? Et pourquoi un récit sur l’origine de la reproduction hétérosexuelle jouerait-il un rôle de matrice pour tous les mythes engageant des rapports de genre ? Lévi-Strauss, en partant d’une contradiction dans la perception du feu de cuisine (entre le cru et le cuit, la nature et la culture, le bas et le haut) pouvait dégager des systèmes de transformations qui permettaient de suivre au plus près les environnements dans lesquels vivent les sociétés d’Amérique du Nord. Mais les rapprochements effectués par Serge Dunis sont si rapides et reposent si peu sur l’analyse des mythes rassemblés qu’ils laissent le lecteur au mieux sceptique, au pire effaré.

5Reste, comme le souligne Godelier, que l’hypothèse d’une unité du monde pacifique par la mythologie est extrêmement séduisante, et que le livre apporte des matériaux importants pour l’étayer. Ben Finney, professeur émérite d’anthropologie à l’université d’Hawai’i, rappelle dans sa propre préface que Serge Dunis se heurta à une opposition scientifique vigoureuse lorsqu’il présenta son hypothèse lors d’un congrès à Auckland en 2002 sur la patate douce dans le Pacifique, mais que sa démonstration par l’analyse mythologique fut finalement intégrée dans les actes du colloque et considérée comme valide. De même que les analyses de Lévi-Strauss ont d’abord suscité le scepticisme par leur caractère virtuose avant d’être confirmées par l’ethnographie amazoniste – selon ce que le fondateur de l’anthropologie appelait une « déduction transcendantale » –, on peut espérer que les hypothèses de Serge Dunis et les matériaux qu’il apporte seront corroborés par les recherches à venir des océanistes. On trouvera ainsi dans ses analyses des poteries lapita ou de l’ornithologie du Pacifique des éléments pour de futurs travaux.

6On peut cependant regretter que l’éditeur n’ait pas davantage aidé le lecteur dans la saisie de ces matériaux, en dehors des deux préfaces qui en résument l’analyse. Manquent cruellement ces admirables paragraphes de synthèse rédigés par Lévi-Strauss et ces étranges diagrammes réalisés avec l’aide du Laboratoire d’anthropologie sociale qui prenaient le lecteur par la main pour l’orienter dans la forêt vierge des Mythologiques. Les cartes et les dessins tracés par Serge Dunis permettent de visualiser ce dont il parle, mais à travers un imaginaire trop subjectif pour que l’hypothèse commence à acquérir de l’objectivité. Si tout l’effort de Lévi-Strauss visait à se déprendre de soi par la traversée des mythes amérindiens, le livre de Serge Dunis est trop personnel pour être convaincant. On se réjouit cependant de lire un auteur aussi vivant, dans la filiation des grands ancêtres de la discipline.

Top of page

Notes

1 Serge Dunis, Pacific Mythology, thy Name is Woman, Papeete, Haere Po, 2009. Voir le compte rendu de ce livre par Raymond Mayer, Le Journal de la Société des océanistes 132, 2011, p. 200-201 (disponible en ligne sur : https://jso.revues.org/6332).

Top of page

List of illustrations

URL http://gradhiva.revues.org/docannexe/image/3315/img-1.jpg
File image/jpeg, 377k
Top of page

References

Bibliographical reference

Frédéric Keck, « Serge Dunis, L’Île aux femmes », Gradhiva, 24 | 2016, 256-257.

Electronic reference

Frédéric Keck, « Serge Dunis, L’Île aux femmes », Gradhiva [Online], 24 | 2016, Online since 07 December 2016, connection on 28 March 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3315

Top of page

About the author

Frédéric Keck

frederic.keck@quaibranly.fr

By this author

Top of page

Copyright

© musée du quai Branly

Top of page