Navigation – Plan du site
dossier Gottfried Semper, habiter la couleur

Cannibalisme, tatouage et revêtement : de l’histoire de l’architecture à l’anthropologie de l’art

Cannibalism, Tattooing, Dressing: From the History of Architecture to the Anthropology of Art
Caroline van Eck
Traduction de Camille Joseph
p. 24-49

Résumés

Cet article, qui s’ouvre sur un des passages les plus énigmatiques de Der Stil dans lequel Semper soutient que l’essence de l’architecture n’est pas le bâtiment mais l’habillement, explore quelques aspects anthropologiques de la théorie du style de Semper. La recherche anthropologique sur les origines polychromes de la sculpture dans les cultes fétichistes des sociétés primitives par Quatremère de Quincy fut pour lui une inspiration importante. Semper s’inspira également des travaux de l’anthropologue allemand Gustav Klemm, qui, comme Schiller avant lui, attribuait les origines de l’art à un instinct universel de l’homme le poussant à représenter la réalité à travers des images ou des pièces de théâtre. Mais Semper allait plus loin : pour lui, l’architecture trouvait ses origines dans le cannibalisme et le tatouage. En transformant l’histoire de l’architecture en une histoire mondiale des artefacts, ses théories annonçaient les tentatives qui seront faites au xxe siècle pour fonder une histoire de l’art mondiale, comme celle que proposa Aby Warburg par exemple.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les origines textiles de l’architecture, un art créateur d’espaces
Habiller et masquer la réalité dans les arts
Les sources anthropologiques de la théorie architecturale de Semper : les origines de la société, la polychromie et le tatouage
Les beaux-arts font voir la réalité par les apparences
La polychromie
Tatouage
« Qu’est Hécube pour nous ? »
Conclusion : Une conception radicalement nouvelle de l’architecture

Aperçu du début du texte

C’est dans la section 60 de Der Stil (Le Style) que Semper atteint le cœur de son argumentation : par essence, l’architecture n’est pas structure mais revêtement. Elle ne trouve pas ses origines dans les murs, colonnes, toits et voûtes construits pour abriter l’homme des éléments, comme les successeurs de Vitruve l’affirmaient depuis la fin du xviiie siècle, mais dans l’art primitif du tissage et, plus particulièrement, dans les textiles destinés à séparer l’espace intérieur de l’extérieur. La section 60 est en outre un des passages les plus denses, opaques et mystérieux d’un ouvrage qui fait lui-même partie des textes les plus difficiles et inaccessibles des traités d’architecture du xixe siècle. On a déjà beaucoup écrit sur l’idée de Semper selon laquelle, dans l’art véritable, les matériaux et la réalité doivent être niés. Pour reprendre ses termes, « la fumée des bougies de carnaval est la vraie atmosphère de l’art » (Semper 1860 : 231 ; trad. fr. voir infra, note 5, p. 247). Il...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline van Eck, « Cannibalisme, tatouage et revêtement : de l’histoire de l’architecture à l’anthropologie de l’art », Gradhiva, 25 | 2017, 24-49.

Référence électronique

Caroline van Eck, « Cannibalisme, tatouage et revêtement : de l’histoire de l’architecture à l’anthropologie de l’art », Gradhiva [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 31 mai 2020, consulté le 23 juin 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3357 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3357

Haut de page

Auteur

Caroline van Eck

Université de Cambridge
cav35@cam.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page