Skip to navigation – Site map
dossier Gottfried Semper, habiter la couleur

Cannibalisme, tatouage et revêtement : de l’histoire de l’architecture à l’anthropologie de l’art

Cannibalism, Tattooing, Dressing: From the History of Architecture to the Anthropology of Art
Caroline van Eck
Translated by Camille Joseph
p. 24-49

Abstracts

Starting from one of the most perplexing passages in Der Stil, in which Semper argues that the essence of architecture is not building but dressing, this essay explores some of the anthropological aspects of Semper's theory of style. The anthropological research into the polychrome origins of sculpture in fetishist cults of early societies by Quatremère de Quincy was an important inspiration. He also drew on the work of the German anthropologist Klemm who, like Schiller before him, attributed the origins of art to a universal human instinct to represent reality in images or in plays. But Semper went much further, arguing that the origins of architecture ultimately lie in cannibalism and tatouage. The resulting transformation of architectural history into a global history of artefacts thus is an important precursor of 20th-century attempts at founding a world history of art, such as Aby Warburg's.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

Les origines textiles de l’architecture, un art créateur d’espaces
Habiller et masquer la réalité dans les arts
Les sources anthropologiques de la théorie architecturale de Semper : les origines de la société, la polychromie et le tatouage
Les beaux-arts font voir la réalité par les apparences
La polychromie
Tatouage
« Qu’est Hécube pour nous ? »
Conclusion : Une conception radicalement nouvelle de l’architecture

Text / first lines

C’est dans la section 60 de Der Stil (Le Style) que Semper atteint le cœur de son argumentation : par essence, l’architecture n’est pas structure mais revêtement. Elle ne trouve pas ses origines dans les murs, colonnes, toits et voûtes construits pour abriter l’homme des éléments, comme les successeurs de Vitruve l’affirmaient depuis la fin du xviiie siècle, mais dans l’art primitif du tissage et, plus particulièrement, dans les textiles destinés à séparer l’espace intérieur de l’extérieur. La section 60 est en outre un des passages les plus denses, opaques et mystérieux d’un ouvrage qui fait lui-même partie des textes les plus difficiles et inaccessibles des traités d’architecture du xixe siècle. On a déjà beaucoup écrit sur l’idée de Semper selon laquelle, dans l’art véritable, les matériaux et la réalité doivent être niés. Pour reprendre ses termes, « la fumée des bougies de carnaval est la vraie atmosphère de l’art » (Semper 1860 : 231 ; trad. fr. voir infra, note 5, p. 247). Il...

Top of page

References

Bibliographical reference

Caroline van Eck, « Cannibalisme, tatouage et revêtement : de l’histoire de l’architecture à l’anthropologie de l’art », Gradhiva, 25 | 2017, 24-49.

Electronic reference

Caroline van Eck, « Cannibalisme, tatouage et revêtement : de l’histoire de l’architecture à l’anthropologie de l’art », Gradhiva [Online], 25 | 2017, Online since 31 May 2020, connection on 23 September 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3357 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3357

Top of page

About the author

Caroline van Eck

Université de Cambridge
cav35@cam.ac.uk

Top of page

Copyright

© musée du quai Branly

Top of page