Navigation – Plan du site
dossier Gottfried Semper, habiter la couleur

Gottfried Semper et la morphologie : transformations, culture et symbole

Gottfried Semper and morphology: transformations, culture and symbol
Muriel van Vliet
p. 152-177

Résumés

Gottfried Semper s’inscrit au sein d’une ligne morphologique née des écrits de Johann Wolfgang von Goethe et de Wilhelm von Humboldt. C’est à partir de la théorie de la culture qu’il aborde la question de la plasticité des formes. Mais Semper se heurte à un sentiment de crise qui fait toute la modernité de son œuvre par rapport à ses prédécesseurs. Sa réflexion sur la « tragédie » d’un individu soudain incapable de se frayer un chemin au sein de la culture est prolongée par Georg Simmel. Semper conçoit de manière originale l’ornementation comme symbole, véritable incarnation du mouvement du corps dans l’espace à la fois cosmique et social : c’est ce qui fait la spécificité de son approche de la forme et sa manière de résoudre les tensions qui se jouent entre individu et culture.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’apport goethéen à la conception sempérienne de la figure et du style
Les apports humboldtiens à l’anthropologie de Semper
Les positions sociologiques, pédagogiques et esthétiques de Simmel : un prolongement indirect de Semper
Semper et la lecture qu’en feront Aby Warburg, Ernst Cassirer et Edgar Wind

Aperçu du début du texte

Gottfried Semper (1803-1879) pose la question de savoir ce qui rend une forme organique et vivante. Ce n’est pas au courant idéaliste d’un Emmanuel Kant ou d’un Georg Wilhelm Friedrich Hegel qu’il appartient, mais bien à cette ligne morphologique qui s’enracine dans les écrits de Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832). Ce dernier définit la forme comme figure concrète, car ce qui l’intéresse est avant tout le processus de configuration permettant de créer des figures par transformation de cas prégnants. Si Goethe appartient à une génération antérieure, il est indéniable que Semper y trouve une de ses sources.

fig. 1 Éthiopie, province de Gamo Gofa, Chencha.

fig. 1 Éthiopie, province de Gamo Gofa, Chencha.

Le peuple dorze vivant dans l’ouest de la vallée du Rift construit son habitat en bambou tressé.

Photo © Nigel Pavitt, AWL Images / Getty images.

Par ailleurs, Semper connaît les écrits de Wilhelm von Humboldt (1767-1835), à la fois contemporain de Goethe et adversaire historique de Hegel. Le linguiste ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel van Vliet, « Gottfried Semper et la morphologie : transformations, culture et symbole », Gradhiva, 25 | 2017, 152-177.

Référence électronique

Muriel van Vliet, « Gottfried Semper et la morphologie : transformations, culture et symbole », Gradhiva [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 31 mai 2020, consulté le 18 août 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3404 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3404

Haut de page

Auteur

Muriel van Vliet

CEPA (Culture, Esthétique et Philosophie de l’Art), Paris I
vanvliet.muriel@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page