Navigation – Plan du site

Fondée en 1986 par Michel Leiris et Jean Jamin, Gradhiva est publiée par le musée du quai Branly pour sa nouvelle série. La revue se veut un lieu de débats sur l'histoire et les développements actuels de l'anthropologie fondés sur des études originales et la publication d'archives ou de témoignages. Gradhiva privilégie aussi l'étude et l'analyse d'objets réels ou symboliques ainsi que des problématiques muséologiques et anthropologiques. Surtout, elle est ouverte à de multiples disciplines : l'ethnologie, l'esthétique, l'histoire, la sociologie, la littérature ou encore la musique. Elle s'attache enfin à développer par une iconographie souvent inédite et singulière une interaction entre le texte et l'image.

Dernier numéro en ligne
2015 numéro 22
Cosmos

Cosmos
Informations sur cette image
Crédits : © Damián Ortega
248 pages - 71 illustrations - 20 €
ISBN 978-2-35744-092-0

Comment appréhender le cosmos, cette énormité comprenant l’univers terrestre et les objets célestes ? Comment le visualiser ? Le tenir dans ses mains ?

Figurant des systèmes de relations organisant un tout, les cosmologies constituent, de long temps, des sujets d’étude privilégiés par l’anthropologie. On les trouve communément sous la forme de représentations totalisantes (comme un mandala, ou un globe), ou bien sous la forme d’objets contenant le cosmos (comme un chaudron). Pour user d’autres terminologies, elles peuvent se décliner en « cosmogrammes », qui traitent le cosmos comme une entité indépendante et autonome, ou en « objets cosmiques », qui contiennent le cosmos. Ou, pour le formuler encore autrement, ces cosmologies dévoilent des vues « panoptiques », qui permettent d’ « embrasser facilement d’un seul coup d’œil », ou bien des vues « oligoptiques », offrant de la totalité qu’elles cherchent à exprimer des vues partielles, mobiles, connectées à d’autres. L’anthropologie, mais aussi l’histoire des savoirs modernes et l’anthropologie des sciences et des techniques, sont ainsi rompues aux objets et dispositifs rendant possible de tenir le cosmos dans ses mains ou de l’avoir devant ses yeux, rendant possible de le contempler, de le maîtriser et de l’expérimenter. Quels sont, néanmoins, les petits opérateurs nécessaires à de telles manœuvres ?

En proposant d’approcher les cosmologies autrement que comme des représentations du cosmos, les auteurs de ce nouveau numéro de Gradhivainvitent à suivre les lentes, patientes, souvent laborieuses, parfois confuses, élaborations du cosmos, en s’intéressant aux ingrédients ou composants, ainsi qu’à leurs modes de liaison. Comment le cosmos est-il capté – plutôt que capturé ? Quels en sont les révélateurs ? Qu’est-ce-qui, localement, est capable de servir d’indicateur de changements qui nous dépassent (comme les changements atmosphériques) ?