Navigation – Plan du site

Fondée en 1986 par Michel Leiris et Jean Jamin, Gradhiva est publiée par le musée du quai Branly pour sa nouvelle série. La revue se veut un lieu de débats sur l'histoire et les développements actuels de l'anthropologie fondés sur des études originales et la publication d'archives ou de témoignages. Gradhiva privilégie aussi l'étude et l'analyse d'objets réels ou symboliques ainsi que des problématiques muséologiques et anthropologiques. Surtout, elle est ouverte à de multiples disciplines : l'ethnologie, l'esthétique, l'histoire, la sociologie, la littérature ou encore la musique. Elle s'attache enfin à développer par une iconographie souvent inédite et singulière une interaction entre le texte et l'image.

Dernier numéro en ligne
2016 numéro 24
ARTchives

ARTchives
Informations sur cette image
Crédits : © Matej Krén, Centro de Arte Moderna Fondation Calouste Gulbenkian, Lisbonne, Portugal. Photo Matej Krén.
250 pages — 90 illustrations — 20 €
ISBN 978-2-35744-094-4

Depuis la seconde moitié du XIXe siècle, la découverte de milliers de documents d’art préhistorique a généré un exceptionnel bouillonnement créatif et scientifique, nourrissant l’imaginaire de penseurs, poètes et artistes, autorisant, notamment avec Leroi-Gourhan, une reconstitution prudente de l’histoire des sociétés préhistoriques. Peintures rupestres ou ossements décorés ont contribué à produire une connaissance scientifique sur le passé, et ont été intégrés au domaine des archives. A ce type de mise en archive de l’art répond aujourd’hui un procédé inverse : la « fièvre archivistique » dans le monde des arts, les artistes empruntant de plus en plus fréquemment leurs sources aux historiens.
La vaste installation murale conservée au Centre Pompidou, réunissant plusieurs centaines de documents personnels de Christian Boltanski dans des boîtes à biscuits, constitue l’un des exemples les plus célèbres de « passage à l’art » de l’archive. Cette démarche créative forgée sur la base de souvenirs personnels rappelle celle de Marcel Duchamp et sa fameuse Boîte-en-valise, ou celle d’Andy Warhol et ses Time capsules. Outre ces exemples de créations basées sur des souvenirs personnels, l’attrait des artistes pour les archives les a parfois conduits à s’approprier l’archive comme support même de la création, à l’instar de Pierre Alechinsky ou de Cornelia Schleime. Enfin, les archives institutionnelles ont été revisitées dans de nombreuses œuvres, depuis le Mnémosyne d’Aby Warburg au Teddy Bear project d’Ydessa Hendeless, en passant par La cuisine communautaire d’Ilya Kabakov.
Par quels procédés et selon quelles logiques ces artistes s’emparent-ils de documents d’archives ? En quoi la création contribue-t-elle à l’institution de certains objets en archives ou en éléments du patrimoine ? Quelles transformations, quels passages et quels changements de statut ce processus induit-il, pour les artistes autant que pour les objets ?
Ce numéro de Gradhiva se penche sur le réinvestissement et la réinvention des archives dans les arts extra-occidentaux et dans des pratiques artistiques populaires hors institutions : les arts « ordinaires » de l’archive, ceux des peintures sur fresque ou des graffitis urbains, des montages audiovisuels et des films amateurs ou de la création sonore hip-hop qui s’empare d’enregistrements archivés et collectés pour en créer de nouveaux, selon des logiques esthétiques, des revendications politiques et des enjeux mémoriaux très différents. Qu’ils soient l’œuvre d’artistes ordinaires ou reconnus sur les marchés de l’art, ces exemples sur plusieurs continents (le Gabon, le Congo, l’Australie, l’ex-RDA ou la France contemporaine) mettent en évidence la diversité des processus d’artification de l’archive en dehors des mondes de l’art contemporain occidental.
Nous nous intéressons aux modalités, acteurs et moyens de la transformation de l’archive en art, autant qu’à la manière dont l’art contribue au geste d’archivage, dans le sillon même de la création ou de la performance. Mouvement pluridisciplinaire né de la French Theory, des postcolonial studies et de l’histoire orale, l’« archival turn » a conduit à reconsidérer les fonctions d’archive que peuvent avoir un ensemble de matériaux (sonores, iconographiques, scripturaux, etc.), notamment dans le domaine des arts.
En allant au-delà du seul domaine de l’art contemporain et des définitions institutionnelles de l’archive, ce numéro ouvre des discussions novatrices articulant la performance de l’archive dans les arts et le geste artistique de production de l’archive à des dispositifs mémoriaux, patrimoniaux et des régimes d’historicité différenciés, où le rapport à l’histoire et au passé ne revêt jamais les mêmes significations.