Navigation – Plan du site
Documents et matériaux

Le reflux de la traite négrière : les agudas du Bénin

Carnet photographique
Milton Guran
p. 87-95

Texte intégral

1Au cours du xixe siècle, de nombreux Africains affranchis ou fils d’Africains nés au Brésil quittèrent ce pays pour rejoindre les côtes d’Afrique de l’Ouest où ils commençèrent une nouvelle vie. Ce mouvement de retour s’accentua avec la déportation d’anciens esclaves proches de l’Islam qui participèrent à la tentative de soulèvement connue comme la révolte des Malês, qui eût lieu en 1835 à Bahia.

2Dans la région, actuellement comprise entre le Nigeria, le Bénin et le Togo, où ils s’installèrent et furent bien accueillis, d’autres Africains libres, pour la plupart des catholiques, les rejoignèrent, encouragés par les perspectives d’avenir. De nombreux commerçants brésiliens, impliqués principalement dans la traite négrière, vivaient déjà dans la région et étaient connus sous le nom d’agudas, mot qui a pour origine le fort portugais de São João de Ajuda à Ouidah. L’expérience acquise au Brésil en tant que tailleurs, menuisiers, maîtres d’œuvres, permit à ces anciens esclaves revenus sur le continent africain, qui parlaient le portugais et étaient pour la plupart alphabétisés, de s’assimiler au milieu des agudas.

3La réunion de ces deux groupes, auxquels s’intégrèrent par la suite les descendants de leurs esclaves, dessina le profil de la communauté aguda d’aujourd’hui. En elle, nous retrouvons à la fois l’orgueil des maîtres d’esclaves – statut que la majorité a acquis lors de son arrivée en Afrique – et les habitudes qu’ils avaient adoptées au Brésil en tant qu’esclaves. Parmi ses marqueurs identitaires les plus communs, on trouve des noms famille à consonance lusophone tels que De Souza, Silva, Almeida, etc.

4Comme à Bahia, les agudas commémorent la fête de N. S. de Bonfim, dansent la « bourian » – la burrinha, typique manifestation brésilienne de la période de 1800 – et, encore aujourd’hui, chantent en portugais, se réunissent autour de plats comme une feijoada ou d’un kousidou. Au Bénin, même de nos jours, il est courant que les plus anciens se saluent avec un sonore « Bom dia, como passou ? », auquel est répondu, toujours en portugais : « Bem, ‘brigado ».

5Au xixe siècle, beaucoup de ces « Brésiliens » assumèrent par la suite les fonctions d’interprètes auprès de l’administration coloniale et des dignitaires africains, et servirent d’interprètes de la culture occidentale auprès de la population locale. C’est à travers une logique d’alliances matrimoniales et politiques que les agudas devinrent aussi des agents du changement économique, social et politique de la région. L’exemple qui illustre le mieux l’histoire de leur position dominante est celui de Francisco Felix de Souza (1754-1849), devenu « frère de sang » du roi Gezo d’Abomey et son principal allié dans le commerce négrier. Connu également sous le nom de « Chacha », Francisco Felix de Souza favorisa la fixation des agudas dans le royaume dahoméen durant la première moitié du xixe siècle. Ignacio Paraïso (1752-1839) se distingua quant à lui en tant que conseiller du roi de Porto-Novo et, sous l’administration française, comme le premier, et pour longtemps l’unique africain disposant d’un siège au Conseil de la colonie. Plus récemment, en février 1990, Mgr Isidore de Souza, descendant du Chacha I et Archevêque de Cotonou, se retrouva à la tête de la Conférence des Forces Vives de la Nation, exerçant la fonction de responsable de la transition vers la démocratie suite à la fin du régime du général Mathieu Kérékou.

6Dans la constitution de l’identité sociale des communautés aguda, un des aspects les plus importants est le parcours de ces anciens esclaves et leurs descendants qui ont réussi à s’insérer dans une société dont leur groupe avait auparavant été exclu. Ils étaient devenus libres au Brésil mais, dans cette région de l’Afrique, ils continuaient, tout comme leurs descendants, de porter le stigmate de l’esclavage. C’est la mémoire de l’expérience de l’esclavage au Brésil qui a été la matrice de leur identité et qui leur a permis de jouer un rôle important en tant qu’acteurs socio-économiques et citoyens à part entière dans cette région.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Milton Guran, « Le reflux de la traite négrière : les agudas du Bénin », Gradhiva, 8 | 2008, 87-95.

Référence électronique

Milton Guran, « Le reflux de la traite négrière : les agudas du Bénin », Gradhiva [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/1181 ; DOI : 10.4000/gradhiva.1181

Haut de page

Auteur

Milton Guran

Anthropologue et photographe, chercheur au LABHOI, Laboratoire d’Histoire Orale et de l’Image, Université fédérale Fluminense à Rio de Janeiro.mguran@terra.com.br

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page