Navigation – Plan du site
Chroniques scientifiques

Emma Aubin-Boltanski, Pèlerinages et Nationalisme en Palestine : prophètes, héros et ancêtres

Paris, EHESS, 2007, 332 p.
Falestin Naïli
p. 150-151
Référence(s) :

Emma Aubin-Boltanski, Pèlerinages et Nationalisme en Palestine : prophètes, héros et ancêtres. Paris, EHESS, 2007, 332 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Emma Aubin-Boltanski nous propose un regard sans précédent sur la Palestine. C’est un regard où le politique est certes omniprésent, mais qui s’attarde davantage sur la manière dont la population palestinienne définit son univers et sa place dans cet univers au sens très large du terme, notamment dans son lien avec le divin et l’humain, le spirituel et le temporel.

2Au centre de cette étude se trouvent les deux seuls pèlerinages musulmans (mawsim-s) encore pratiqués en Cisjordanie, qui sont analysés dans le contexte du processus de construction nationale palestinienne débutée avec les accords d’Oslo. Le pèlerinage de Nabi Musa, voué à Moïse, qui a lieu dans le désert entre Jérusalem et Jéricho, a historiquement été le plus important en Palestine et a connu une continuité extraordinaire malgré les conflits et les guerres qui s’y sont succédé. En 1997, l’Autorité palestinienne, par le biais de son ministère de la Culture, annonce sa volonté de « redonner vie » à ce pèlerinage, ce qui, en clair, signifie sa politisation. Le second pèlerinage étudié, celui de Nabi Salih (un prophète coranique), était traditionnellement célébré à Ramleh, une ville qui se trouve aujourd’hui en Israël. Ayant complètement disparu depuis 1948, il est déplacé dans le village cisjordanien de Nabi Salih par l’Autorité palestinienne, qui s’engage à le « ressusciter » en 1997.

3Se basant sur une enquête de terrain menée entre 1998 et 2003, l’auteur analyse les discours et pratiques des différents acteurs – fidèles, folkloristes, représentants de l’Autorité et gardiens des sanctuaires – en soulignant les contradictions, oscillations et hésitations qui font régulièrement surface. Elle compare la période de 1997 à 2000 (période qui démarque la prise en main des mawsim-s par l’Autorité palestinienne) avec la période de 1920 à 1936, lorsque la première génération de nationalistes palestiniens investissait progressivement les pèlerinages pour en faire des espaces de contestation de la politique mandataire.

4Ce livre est marqué par un va-et-vient entre données ethnographiques (entretiens, observation participante) et données historiques (archives britanniques, israéliennes et palestiniennes), ce qui donne à l’étude une profondeur remarquable et permet au lecteur de mieux saisir tous les enjeux de ces deux pèlerinages à travers leur histoire récente.

5Trois questions guident l’enquête d’Emma Aubin-Boltanski : pourquoi l’Autorité palestinienne a-t-elle choisi les sanctuaires comme lieux d’expression du sentiment nationaliste ? Comment les fidèles réagissent-ils à cette politisation d’un événement religieux ? Enfin, quelle articulation y a-t-il entre les objectifs religieux et les objectifs politiques d’une part, et les rituels individuels et les cérémonies collectives d’autre part ? Ainsi, plusieurs champs de tension se manifestent : le lien entre le politique et le religieux, entre l’individuel et le collectif, entre famille et pouvoir politique, entre mythe et réalité, entre doute et croyance, entre culte des saints et orthodoxie islamique. L’auteur a recours à trois modèles analytiques pour les rituels religieux et les pèlerinages (Durkheim, Turner, Eade et Sallnow). Mais en considérant les sanctuaires comme des lieux de mémoire particulièrement dynamiques, elle fait également appel aux idées de Maurice Halbwachs sur la mémoire collective et d’Eric Hobsbawm sur l’invention de la tradition.

6Le livre est organisé en sept chapitres. Le premier offre l’arrière-plan pour l’analyse qui suit, en expliquant l’évolution des deux notions de « Palestine » et « Terre sainte », ainsi que le rôle des tombeaux de saints dans la définition de la Terre sainte musulmane. L’auteur revient sur les controverses qui entourent le culte des saints en islam en donnant la parole non seulement aux spécialistes, mais aussi aux fidèles eux-mêmes. Ces derniers sont pris dans une oscillation entre la pratique de dévotion aux saints et prophètes et le rejet de certaines formes de culte. Cette controverse se retrouve également dans le deuxième chapitre, qui présente Nabi Salih dans ses trois dimensions de prophète, héros et ancêtre. Le sanctuaire de Ramleh, qui était le lieu traditionnel du plus important pèlerinage voué à ce prophète coranique, est comparé à celui du village de Nabi Salih en Cisjordanie, comparaison qui met en relief d’importantes différences concernant à la fois l’image de Salih et les pratiques et perceptions des fidèles qui visitent ces deux tombeaux. Le troisième chapitre fait un gros plan sur Moïse et sur le sanctuaire de Nabi Musa, en commençant par une analyse des récits recueillis auprès des pèlerines et des guides spirituelles. Ces récits associent étroitement Moïse au prophète Muhammad et à la ville de Jérusalem, en particulier à la mosquée d’al-Aqsa. Dans le quatrième chapitre, entre en scène la figure du héros Salah al-Din al-Ayyubi (Saladin). Pour la grande majorité des acteurs des pèlerinages, c’est le fondateur ou l’inventeur des mawsim-s dans le contexte d’une mobilisation défensive contre d’éventuelles invasions étran-gères en Palestine. Ce « grand héros » musulman qui mena les contre-croisades incarne l’espoir de libération des Palestiniens, un espoir qui est en retrait depuis la fin des années 1990 et l’accumulation des déceptions liées au processus de paix. Le cinquième chapitre analyse le rôle des folkloristes palestiniens dans l’essor des pèlerinages, en situant le travail d’un chercheur contemporain, Nimr Sirhan, dans le contexte historique du mouvement folklorique palestinien qui débuta dans les années 1920. Sous l’impulsion de Nimr Sirhan, qui dirige de Département du patrimoine au sein du ministère palestinien de la Culture, le mawsim de Nabi Salih dans le village cisjordanien du même nom a été transformé en festival populaire à caractère nationaliste. Cette transformation, qui enleva au mawsim sa dimension religieuse, l’a condamné à la discontinuité : celui-ci n’a plus lieu depuis le début de l’intifada al-Aqsa en septembre 2000. Le sixième chapitre analyse le rôle des familles et du pouvoir politique dans les pèlerinages, en comparant le mawsim de Nabi Musa à celui de Nabi Salih. Ce dernier, dans sa forme contemporaine, a été dominé par la famille Tamimi, habitant le village du même nom, alors que Nabi Musa était traditionnellement lié à la famille Husayni de Jérusalem. L’Autorité palestinienne, qui cherche à s’enraciner dans le territoire et le quotidien palestiniens à travers son rôle dans l’organisation des mawsim-s, passe par la famille Tamimi pour façonner à Nabi Salih un festival populaire selon ses priorités. Mais elle exclut la famille Husayni de l’organisation du mawsim de Nabi Musa alors que, dans les années 1920, ce fut un membre de cette famille, Hajj Amin al-Husayni, qui donna à ce pèlerinage un caractère nationaliste. Dans le septième chapitre, l’auteur tisse les différents fils de son analyse et inscrit les deux pèlerinages dans le cadre plus large de la mémoire collective palestinienne après 1948, une mémoire qu’elle qualifie à la fois de « mémoire de vaincu » et de « mémoire blessée ». Ainsi, les deux pèlerinages deviennent des centres de convergence pour la nation palestinienne, alors même que son espace est sujet à un morcellement sans précédent après les accords d’Oslo. L’auteur analyse les pèlerinages, d’une part comme des modes d’« action territoriale » pour résister à ce morcellement, et d’autre part comme une pratique mnémotechnique qui rappelle la Palestine historique. Ainsi le mawsim apparaît comme un « travail de deuil non accompli » (p. 283).

7À travers son étude de deux pèlerinages musulmans, Emma Aubin-Boltanski nous offre une analyse très sensible et lucide de la société palestinienne contemporaine, sans réduire la particularité de son objet d’étude. En effet, son ouvrage est d’une grande richesse en témoignages et observations qui révèlent la complexité du sujet : d’un côté, le devenir du culte des saints dans une société sous l’influence des discours prônant un islam orthodoxe ; de l’autre, l’histoire et l’actualité du nationalisme palestinien qui continue d’être soumis à de fortes pressions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Falestin Naïli, « Emma Aubin-Boltanski, Pèlerinages et Nationalisme en Palestine : prophètes, héros et ancêtres », Gradhiva, 8 | 2008, 150-151.

Référence électronique

Falestin Naïli, « Emma Aubin-Boltanski, Pèlerinages et Nationalisme en Palestine : prophètes, héros et ancêtres », Gradhiva [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 10 décembre 2008, consulté le 23 août 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/1239

Haut de page

Auteur

Falestin Naïli

ifnaili@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page