Navigation – Plan du site
Dossier Présence Africaine. Les conditions noires : une généalogie des discours – coordonné et présenté par Sarah Frioux-Salgas

Présence Africaine. Une tribune, un mouvement, un réseau

Sarah Frioux-Salgas
p. 4-21

Texte intégral

« Découvertes » 2 bis avenue Pasteur Dakar (AOF)

Monsieur,

Nous sommes à Dakar un petit groupe d’amis africains et européens qui songeons à créer un organe de rapprochement entre les uns et les autres.

Il ne s’agit pas, une fois de plus, d’une entreprise à caractère politique, mais d’une action sur le plan culturel. L’Afrique Française possède dès à présent des moyens d’expression dans l’ordre politique, syndical ou confessionnel. Mais l’Africain doit pouvoir parler en tant que représentant d’une civilisation originale. Il faut que l’Européen le connaisse mieux et en même temps se fasse mieux connaître de lui. Nous avons rencontré jusqu’ici nombre d’Africains dignes de révéler leur richesse et n’ayant aucune possibilité d’y parvenir, ils désirent d’autre part se tenir au courant des grandes tendances de la pensée européenne.

Nous envisageons de créer une revue mensuelle « Découvertes » qui, organisée à la manière des grandes revues françaises, servirait de lieu de rencontre à des Africains et à des Européens. Des hommes de tendances diverses pourraient y discuter librement des problèmes du monde noir. Elle ne se rattacherait à aucune obédience littéraire ou philosophique. Dans ce sens, nous avons songé à constituer un comité de patronage très varié où seraient réunies les personnalités suivantes parmi lesquels vous figurez : MM Rivet : directeur du musée de l’Homme, MM Monod : directeur de l’IFAN, MM Mounier : directeur de la revue « Esprit », MM Sartre : directeur de la revue « Les temps modernes », MM Naville : directeur de « La revue Internationale », RP Maydieur : directeur de la revue « Vie intellectuelle », Albert Camus, Michel Leiris, L. S. Senghor.

Nous aimerions nous assurer de votre autorité et de votre appui, vous représenteriez dans ce comité un des aspects principaux de l’activité intellectuelle en France.

Nous serions très honorés si vous acceptiez cette offre. [...]

  • 19 Archives Michel Leiris, Laboratoire d’anthropologie sociale, fr/cdf/las/FML-E 01-01-143.

Le comité de rédaction : Georges Balandier, Paul ­Mercier, Dia Cissé Loum, Abdoulaye Sadji, Alioune Diop19.

C’est pourquoi vous ne serez pas surpris que nous nous adressions encore à vous pour qu’une voix autorisée (la plus autorisée peut-être en Occident) s’élève pour parler d’Aimé Césaire, poète de la négritude. Césaire, je le sais, ne le souhaite pas. Il pense n’avoir pas encore assez produit.

  • 23 Archives Michel Leiris, Laboratoire d’anthropologie sociale, fr/cdf/las/FML-E 01-01-110.

Mais les Africains attendent. Ils ont lu et relu et porté haut dans leur cœur les stances du Cahier, des Armes ou les périodes du Discours. Ils attendent comme un écho. Vous détenez encore, vous Occidentaux (malgré l’effort que personnellement depuis de longues années vous déployez contre racisme et colonialisme), l’autorité de la culture. Tout le monde est habitué à aimer une œuvre et à chercher dans vos propos l’écho de son amour. Parlez donc, afin que se réalise plus rapidement notre accès (l’accès de notre conscience et de notre initiative) aux ressources techniques et politiques de la vie culturelle, de la vie moderne, tout court23.

  • 25 Hommage à Alioune Diop 1977 : 61.

Cher Alioune, écrit René Depestre, à l’heure du bilan, ce que j’apprécie le plus en toi, c’est l’homme de dialogue qui, quoique lié à l’idéologie conservatrice du grand poète Sédar Senghor, quoique acquis au messianisme à mon avis douteux de la négritude, a ouvert « Présence Africaine » et tes éditions à d’éminents africanistes soviétiques ; à des hommes aussi différents que Fanon, Suret-Canale, Cheikh Anta Diop et Leiris, Aimé Césaire et Bastide, Senghor, Jacques Roumain, J. S. Alexis et J. Rabemananjara, Damas, Guillen, Édouard Glissant et M. J. Herskovits, sans patauger pour autant dans un éclectisme sans rivages25.

  • 26 Archives Michel Leiris, Laboratoire d’anthropologie sociale, fr/cdf/las/FML-E 01-01-113.

L’association exerce son action : 1) au point de vue culturel par la création : a) de sections littéraires (bibliothèques, cercle d’étude, conférences), b) de sections musicales (auditions de morceaux classiques, constitution d’orchestres...), c) de sections théâtrales. 2) au point de vue social par le développement : a) des mouvements de jeunesse (scoutisme, tourisme...), b) des sports (tennis, ping-pong, athlétisme...) […]26.

  • 27 Archives Michel Leiris, Laboratoire d’anthropologie sociale, fr/cdf/las/FML-E 01-01-110.

Formation et but de l’association […]. 2) de faciliter les contacts entre intellectuels noirs et blancs, de manière à favoriser l’élaboration d’un humanisme nègre au sein du monde moderne. 3) de travailler à mieux faire connaître les valeurs africaines. Art. 2 : Les « Amis de Présence Africaine » exercent leurs actions : 1) par leur participation effective à la revue « Présence Africaine » sous la présidence de son fondateur, Alioune Diop ; 2) par la création de cercles d’étude où il serait traité des aspects les plus significatifs des cultures, tant africaines qu’européennes ; 3) par l’organisation de conférences, de concerts, de spectacles, d’expositions susceptibles de permettre au monde africain de se faire mieux connaître et d’apporter sa contribution à l’édification d’une civilisation nouvelle, capable d’unir dans une humaine fraternité des hommes qui jusqu’ici s’ignorent ; 4) par l’établissement d’un club qui serait ouvert à tous les intellectuels et tous les étudiants d’origine africaine ou de descendance africaine, ainsi qu’à tous les amis de Présence Africaine […]27.

Le 27 avril dernier, Cheikh Anta Diop inaugurait salle D des Sociétés Savantes la série de conférences que nous organisons tous les vendredis (nos lecteurs sont priés de trouver chaque jeudi dans Le Monde la confirmation des dates de ces conférences) dans le cadre de la préparation du Congrès des Écrivains et Artistes Noirs. Son exposé portait sur les origines nègres de la civilisation égyptienne. D’autres conférenciers ont depuis pris la parole : G. Gratiant sur la place du créole dans l’expression antillaise ; É. Glissant sur l’avenir de la littérature noire. Au moment où nous mettons sous presse, L. S. Senghor a traité de la littérature orale négro-africaine pour être bientôt suivi par Aimé Césaire (colonialisme et culture), Habib Benglia, R. Wright, B. Traore, K. Fodeba et René Depestre. Pour clore le cycle de conférences, une conférence de presse, sur le sens du Congrès, sera donnée le 6 juillet.

  • 28 Lettre d’Alioune Diop adressée à Michel Leiris le 16 mars 1955. Archives Michel Leiris, Laboratoire (...)

Nous organisons tous les jeudis à 20 h 45 un entretien confié à un spécialiste ou à un étudiant africain. Cet entretien peut porter sur un sujet ethnologique, social, économique, culturel. Il doit cependant être conçu de telle sorte qu’il puisse concerner toute l’Afrique (son passé et son avenir) et intéresser notre auditoire restreint (30-50 personnes) composé essentiellement d’étudiants africains. L’exposé est suivi d’échanges de vue sur quelques-unes des questions soulevées par l’auteur. Nous vous serions obligés de nous indiquer s’il vous serait possible de venir passer une soirée avec nous […]28.

  • 33 Archives Michel Leiris, Laboratoire d’anthropologie sociale, fr/cdf/las/FML-E 01-01-051.

Il s’agirait donc bien, non du monde noir fossilisé, voué aux musées et aux amateurs de dépaysement, mais du monde noir en marche, de sa volonté d’avenir, c’est-à-dire, en dernière analyse, de son intégration, en tant que continent africain, dans le concert mondial. Cette exposition serait une présence de l’Afrique, et cette formule pourrait être comme le maître-mot de cette manifestation [...]. L’exposition aurait donc moins le caractère d’un musée ou d’un marché que celui d’un théâtre ou d’un stade. Elle serait plus une « Jamborée » qu’une exposition coloniale. Donc une exposition vivante, où l’Africain, dans les divers domaines artistiques, culturels, sportifs et sociaux, montrerait ce qu’il est, donc, il aurait plus à jouer qu’à exposer [...]. L’exposition serait la manifestation de cet esprit africain sauvegardé […]33.

Haut de page

Bibliographie

Fig. 1 Alioune Diop, 1956 © Présence Africaine.

Fig. 2 Alioune Diop dans les années 1970 © Présence Africaine.

Fig. 3 L’écrivain Richard Wright et Alioune Diop au Premier Congrès international des écrivains et artistes noirs à Paris, septembre 1966 © Présence Africaine.

Fig. 4 Panafricanisme ou communisme ? La prochaine lutte pour l’Afrique de George Padmore, 1960. Traduction de Pan-Africanism or Communism? The Coming Struggle for Africa publié à Londres en 1956.

Fig. 5 Photogramme du film Les statues meurent aussi de Chris Marker et Alain Resnais, 1953. Iconothèque de la Cinémathèque française© Présence Africaine.

Fig. 6 Participants au Deuxième Congrès des écrivains et artistes noirs à Rome, mars-avril 1959. De gauche à droite : Amadou Hampaté Bâ, Émile Saint-Lot, Jacques Rabemananjara, Louis Behanzin, Édouart Glissant, Bernard Dadié, Cheik Anta Diop, Édouard Andriantsilaniarivo et Bernard Fonlon © Présence Africaine.

Fig. 7 à 10 Photogrammes du film Les statues meurent aussi de Chris Marker et Alain Resnais, 1953. Iconothèque de la Cinémathèque française© Présence Africaine.

Balandier, Georges

1977 Histoire d’autres. Paris, Stock.

Bayart, Jean-François

2009 « En finir avec les études postcoloniales », Le Débat 154, mars-avril : 119-140.

Benot, Yves et Dorigny, Marcel

2000 Grégoire et la cause des Noirs (1789-1831) : combats et projets. Paris, Société française d’histoire d’outre-mer et Association pour l’étude de la colonisation européenne.

Boto, Eza (Beti Mongo)

1955 « Ville cruelle », Présence Africaine 16 : 9-158.

Casanova, Pascale

2008 La République mondiale des lettres. Paris, Seuil.

Césaire, Aimé

1956a « Décolonisation pour les Antilles », Présence Africaine, avril-mai : 7-12.

1956b « Culture et colonisation », Présence Africaine, numéro spécial, juin-novembre : 190-205.

Dewitte, Philippe

1985 Les Mouvements nègres en France. Paris, L’Harmattan.

Diop, Alioune

1947 « Niam n’goura ou la raison d’être de Présence Africaine », Présence Africaine 1 : 7-14.

Diop, David

1953 « Étudiant africain devant le fait colonial », Présence Africaine 14 : 114-117.

Dorigny, Marcel et Gainot, Bernard

1998 La Société des amis des Noirs (1788-1799). Contribution à l’histoire de l’abolition de l’esclavage. Paris, Unesco.

Du Bois, William Edward Burghardt

2007 Les Âmes du peuple noir, traduction et édition par Magali Bessone. Paris, La Découverte.

Edwards, Brent Hayes

2003 The Practice of Diaspora: Literature, Translation, and Rise of Black Internationalism. Cambridge, Harvard University Press.

Fanon, Frantz

1956 « Racisme et culture », Présence Africaine, numéro spécial, juin-novembre : 122-131.

1961 The Damned.Paris, Présence Africaine.

Gilroy, Paul

2003 L’Atlantique noir : modernité et double conscience. Paris, Kargo.

Gueye, Abdoulaye

2006 « De la diaspora noire : enseignement du contexte français », Revue européenne des migrations internationales 22, 1 : 11-33.

Hoffman, Léon-François

1987-1988 « Victor Hugo, John Brown et les Haïtiens », Nineteenth- Century French Studies 17 : 47-58.

Locke, Alain Leroy

2009 Le Rôle du Nègre dans la culture des Amériques, présentation par Anthony Mangeon. Paris, L’Harmattan.

Mangeon, Anthony (dir.)

2008-2009 « Harlem Heritage, mémoire et renaissance », Riveneuve Continents, hors-série.

Nardal, Paulette

1932 « Éveil de la conscience de race », Revue du monde noir, numéro 6.

Padmore, George

1956 Panafricanisme or Communism ? The Coming Struggle for Africa, préface de Richard Wright. Londres, Dobson.

Person, Yves

1979 « Le Front populaire au Sénégal (mai 1936 – octobre 1938) », Le Mouvement social 107 : 77-101.

Rabemananjara, Jacques

1959 Nationalisme et problèmes malgaches. Paris, Présence Africaine.

Sadji, Abdoulaye

1949 « Littérature et colonisation », Présence Africaine 6 : 139-141.

Sartre, Jean-Paul

1949 « Orphée noir » (extraits), Présence Africaine 6 : 9-14.

1963 « La pensée politique de Patrice Lumumba », Présence Africaine, 3e trimestre : 18-58.

Smouts, Marie-Claude (dir.)

2007 La Situation postcoloniale : les « postcolonial studies » dans le débat français, Actes du colloque organisé par le Centre d’études et de recherches internationales les 4 et 5 mai 2006, préface de Georges Balandier. Paris, Les Presses de Sciences Po.

Stadler, Katherina

1998 « Genèse de la littérature afro-francophone en France entre les années 1940 et 1950 », Mots pluriels 8, octobre.

Premier Congrès international des écrivains et artistes noirs (Paris, Sorbonne, 19-22 septembre 1956)

1956 Présence Africaine, numéro spécial, juin-novembre.

Deuxième Congrès des écrivains et artistes noirs (Rome, 26 mars-1er avril 1959)

1959a T. I : « L’Unité des cultures négro-africaines », Présence Africaine, numéro spécial, février-mai.

Deuxième Congrès des écrivains et artistes noirs (Rome, 26 mars-1er avril 1959)

1959b T. II : « Responsabilités des hommes de cultures », Présence Africaine, numéro spécial, août-novembre.

Hommage à Alioune Diop

1977 Hommage à Alioune Diop, fondateur de « Présence Africaine » : trentième anniversaire de « Présence Africaine », 1947-1977, textes réunis par la Société africaine de culture. Rome, Éditions des amis italiens de « Présence Africaine ».

Haut de page

Notes

1 Intellectuel et homme politique sénégalais. Né à Saint-Louis, au Sénégal, le 10 janvier 1910 dans une famille musulmane, il se convertit au catholicisme. Il étudie les lettres classiques à Alger, où il rencontre Albert Camus, puis à Paris. Après avoir enseigné, il est nommé chef de cabinet du gouverneur de l’Afrique occidentale française (AOF). En 1946, il est élu sénateur SFIO, fonction qu’il quitte en 1948 pour se consacrer à Présence Africaine. Il meurt le 1er mai 1980.

2 « Présence Africaine : une tribune, un mouvement, un réseau », musée du quai Branly, 10 novembre 2009 – 31 janvier 2010.

3 Signalons également le roman de Victor Hugo Bug Jargal (1818). Voir aussi Hoffman 1987-1988.

4 Pour une analyse des échanges politiques et culturels entre l’Afrique, les États-Unis et l’Europe, voir Gilroy 2003. Il définit l’Atlantique noir comme une formation culturelle transnationale, lieu d’échanges et de liens au sein duquel se construisent et se déconstruisent sans cesse les cultures noires.

5 Le panafricanisme comme l’expression de la solidarité entre les peuples africains et d’origine africaine, et comme la volonté d’assurer la liberté du continent africain et son développement à l’égal des autres parties du monde.

6 William Edward Burghardt Du Bois participe à la création de l’Association nationale pour le progrès des gens de couleur, dont il dirige le magazine officiel, The Crisis, créé en 1910.

7 Ces journaux sont conservés aux Archives d’outre-mer (AOM) à Aix-en-Provence dans le fonds du Slotfom. Le Service de contrôle et d’assistance en France des indigènes des colonies françaises, attaché à la Direction des services militaires, dirigé par le contrôleur général des troupes indochinoises, fut institué par arrêté du 12 décembre 1923 afin d’assurer la tutelle de tous les sujets ou protégés français originaires des possessions d’outre-mer, mais aussi leur surveillance.

8 Slotfom, rapport de Désiré, 2 février 1932, dossier personnel George Padmore.

9 Les Quatre communes regroupaient les villes de Dakar, Gorée, Rufisque et Saint-Louis, dont est originaire Alioune Diop, et fonctionnaient comme les municipalités françaises, avec des maires élus. Leurs habitants y jouissaient ainsi des mêmes droits que ceux de la métropole. Voir Person 1979.

10 Mamadou Dia, mort en janvier 2009, a été l’un des artisans de l’indépendance du Sénégal. Il devient chef du gouvernement sénégalais de 1960 à 1962. Abdoulaye Sadji participe au projet de revue Découvertes, qui précède la création de Présence Africaine (Archives Michel Leiris, Laboratoire d’anthropologie sociale, fr/cdf/las/FML-E 01-01-143), et publie dans Présence Africaine le premier chapitre de son roman Nini, qui paraîtra aux éditions Présence Africaineen 1955.

11 AOM, fonds Slotfom, série 3, carton 24. La circulation de la presse noire politique est évoquée dans le roman Banjo de l’écrivain jamaïcain Claude McKay, publié en français en 1932 : « Le gentleman blanc avait dit au patron que les Noirs qui publiaient la Race Noire faisaient une œuvre anti-française, qu’un pareil journal devrait être interdit et que ceux qui l’éditaient, on devrait [...] les fourrer en prison comme des criminels. Le propriétaire du bar répondit qu’on n’était pas ici en Afrique Occidentale où, lui avait-on dit, les autorités locales avaient interdit la diffusion du Negro World. »

12 AOM, fonds Slotfom, série 3, carton 53. Kouyaté fonde en 1933 la Ligue pour l’indépendance des peuples du Soudan et du Sénégal, qui préconise l’indépendance totale dans une perspective de nationalisme révolutionnaire.

13 Birago Diop est l’auteur du livre à succès Nouveaux contes d’Amadou Koumba, publié aux éditions Présence Africaine en 1958.

14 Ce journal était tiré à trois mille exemplaires en 1934.

15 La Revue du monde noir, no 1 (1931, novembre), no 6 (1932, avril), Paris, éditions de la Revue mondiale, texte bilingue français-anglais. Existe également sous forme de reproduction en fac-similé, Paris, Jean-Michel Place, 1992.

16 Lettre de Jane Nardal adressée le 27 décembre 1927 à Alan Locke : « C’est pourquoi, lorsque M. Payot, l’éditeur, que j’ai eu l’occasion de connaître, me parla de votre anthologie The New Negro, je l’engageai vivement, après lecture, à la faire traduire et éditer » (Archives Alan Locke à Howard University, Moorland-Spingarn Research Center, Manuscript Division, Alan Locke Papers, box 164-74, folder 25).

17 Son ouvrage majeur, Ainsi parla l’oncle (1928), écrit en français, étudie les fondements à la fois historiques et folkloriques de la culture haïtienne. Il y affirme que les Haïtiens ne sont pas des « Français colorés », mais des hommes nés dans des conditions historiques déterminées et ayant un double héritage, français et africain. Il fonde à Port-au-Prince, en 1941, l’Institut d’ethnologie.

Présence Africaine. Une tribune, un mouvement, un réseau

18 Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor étaient dans le comité de patronage du premier numéro.

19 Archives Michel Leiris, Laboratoire d’anthropologie sociale, fr/cdf/las/FML-E 01-01-143.

20 Présence Africaine devait pourtant paraître aussi au Sénégal. Une société à responsabilité limitée au capital de 50 000 francs CFA fut créée à Dakar pour fonder Présence Africaine. Les associés étaient Robert Delmas (commerçant), Djima N’Diaye, Hadj Liman et Ibrahima Gueye (ébéniste).

21 Hommage à Alioune Diop 1977 : 19. Dans son article « Genèse de la littérature afro-francophone en France entre les années 1940 et 1950 », Katherina Stadler rappelle qu’au sein du Foyer colonial (184, boulevard Saint-Germain), Alioune Diop animait depuis 1942 le Cercle culturel des étudiants coloniaux de Paris, que fréquentaient presque tous ceux qui allaient embrasser la politique dans le cadre de la future Union française. Ce foyer avait été créé par le gouvernement de Vichy pour permettre aux étudiants d’outre-mer de se retrouver en temps de guerre.

22 Présence Africaine aborde cette question dès 1948 à travers deux articles de Jean Caillens (nos 4 et 5) : « Culture et civilisation noire à travers l’édition française ».

23 Archives Michel Leiris, Laboratoire d’anthropologie sociale, fr/cdf/las/FML-E 01-01-110.

24 Dans le premier numéro, Boris Vian traduit en français la nouvelle de Richard Wright Claire étoile du matin ; Théodore Monod coordonne le numéro 8-9 « Le monde noir » (1950) ; Charles Ratton le numéro 10 consacré à l’art africain (1951) ; Alfred Métraux le numéro 12 consacré à Haïti ; Pierre Naville le numéro 13 consacré au travail en Afrique noire (1952). Le philosophe Jacques Howlett s’engage quotidiennement, jusqu’à sa mort, auprès de Présence Africaine.

25 Hommage à Alioune Diop 1977 : 61.

26 Archives Michel Leiris, Laboratoire d’anthropologie sociale, fr/cdf/las/FML-E 01-01-113.

27 Archives Michel Leiris, Laboratoire d’anthropologie sociale, fr/cdf/las/FML-E 01-01-110.

28 Lettre d’Alioune Diop adressée à Michel Leiris le 16 mars 1955. Archives Michel Leiris, Laboratoire d’anthropologie sociale, fr/cdf/las/FML-E 01-01-80.

29 Aujourd’hui, la SAC a été remplacée par la Communauté africaine de culture en 2005. Voir « Constitution de la SAC », Présence Africaine 24-25, 1959.

30 Ces réunions se tenaient dans les futurs locaux de la librairie, au 25 bis, rue des Écoles. Elles étaient aussi l’occasion de commenter l’actualité politique. Le 11 janvier 1962, par exemple, fut organisé un débat sur « L’unité africaine » rassemblant des intellectuels africains francophones et anglophones.

31 Présence Africaine organisait des journées du livre africain rue Serpente dans la salle des Sociétés savantes, louée près de l’Odéon à Paris.

32 Catalogue des ouvrages publiés par les éditions Présence Africaine, janvier 1962.

33 Archives Michel Leiris, Laboratoire d’anthropologie sociale, fr/cdf/las/FML-E 01-01-051.

34 Traduction de l’ouvrage publié par Maspéro en 1961.

35 Léon-Gontran Damas, extraits de « Black Label », poèmes qui dénoncent violemment le racisme, Présence Africaine 4, 1948 : 617-624.

36 Édouard Glissant coordonne avec Paul Niger le numéro spécial consacré aux Antilles et à la Guyane, Présence Africaine 43, 1962.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Frioux-Salgas, « Présence Africaine. Une tribune, un mouvement, un réseau », Gradhiva, 10 | 2009, 4-21.

Référence électronique

Sarah Frioux-Salgas, « Présence Africaine. Une tribune, un mouvement, un réseau », Gradhiva [En ligne], 10 | 2009, mis en ligne le 04 novembre 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/1475 ; DOI : 10.4000/gradhiva.1475

Haut de page

Auteur

Sarah Frioux-Salgas

Musée du quai Branly, sfs@quaibranly.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page