Navigation – Plan du site
Textes de Carl Einstein – traduits par Isabelle Kalinowski

Sur l’art primitif, 1919

Carl Einstein
Traduction de Isabelle Kalinowski
p. 184-185

Notes de la rédaction

Traduit ici pour la première fois en français, ce texte parut initialement en 1919 en allemand dans un recueil édité par Ludwig Rubiner et intitulé Die Gemeinschaft, Dokumente der geistigen Weltwende. Il est reproduit dans le tome II des œuvres complètes de Carl Einstein.

Texte intégral

1Si un art de l’immédiateté fait grandement défaut au monde européen, nous compensons cette lacune par pléthore d’exploiteurs artistiques, au nombre desquels il faut compter en premier lieu les peintres et les scribes de la paraphrase : artistes indirects, hommes de seconde main, rentiers de la tradition, en un mot, les intermédiaires européens.

2L’art européen est pris dans le processus de la différenciation capitaliste. L’époque des fictions formelles touche à sa fin. Avec le déclin de l’économie du continent s’effondre aussi son art.

3Devant la misère humaine et économique, une question ne peut manquer de se poser : que peut encore apporter l’art exécuté par des petits-bourgeois douteux pour les possédants, quel peut être son apport à une société fonctionnelle ? Nul doute en effet que la société en place s’est révélée inappropriée pour la majorité des gens – à supposer qu’on ne confonde pas les finalités humaines avec l’acquisition d’emblèmes nés d’une idolâtrie de l’État.

4Toute œuvre d’art est une œuvre de snobisme réactionnaire, préhistorique, si elle n’est pas subordonnée à la transformation sociale qui lui confère seule un sens.

5Quelle valeur peut avoir pour nous la tradition artistique capitaliste dont producteurs et consommateurs tirent leurs rentes, ne serait-ce que sous la forme d’une excitation sans but, c’est-à-dire : snob ? L’œuvre d’art européenne sert encore et toujours à rassurer et à fortifier intérieurement le bourgeois possédant. Cet art livre au bourgeois la fiction d’une révolte esthétisante qui induit l’abréaction « psychique » inoffensive de tout désir de changement.

6L’art collectif qui nous est nécessaire : seule la révolution sociale implique la possibilité d’une transformation de l’art, elle en est la prémisse et elle seule détermine la valeur d’un changement artistique, elle seule confère à l’artiste sa tâche.

7L’art primitif : refus de la tradition artistique inféodée au capitalisme. Il faut détruire l’Europe intermédiaire et la tradition, prendre acte de la fin des fictions formelles. Si nous faisons exploser l’idéologie du capitalisme, nous trouverons, dans ses décombres, le seul vestige valable de ce continent défoncé, la condition préalable de toute nouveauté, la masse simple qui, aujourd’hui, est encore en proie à la souffrance. L’artiste, c’est elle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carl Einstein, « Sur l’art primitif, 1919 », Gradhiva, 14 | 2011, 184-185.

Référence électronique

Carl Einstein, « Sur l’art primitif, 1919 », Gradhiva [En ligne], 14 | 2011, mis en ligne le 30 mai 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/2199 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2199

Haut de page

Auteur

Carl Einstein

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page