Navigation – Plan du site
Dossier Robots étrangement humains – coordonné et présenté par Denis Vidal et Emmanuel Grimaud

Aux origines de l’anthropomorphisme

Intersubjectivité et théorie de l’esprit
The origins of anthropomorphism. Intersubjectivity and theory of mind
Gabriella Airenti
Traduction de Matteo Severi
p. 34-53

Résumés

Dès la première enfance, les humains attribuent des traits de comportement anthropomorphe, tels des intentions, des perceptions et même des sentiments, aux artefacts. Pourquoi cette attitude est-elle si répandue ? Dans le champ de la psychologie, on a longtemps attribué ces comportements à l’exercice d’une forme primitive de la pensée, et notamment à l’incapacité prêtée aux jeunes enfants de distinguer entre le niveau physique et le niveau mental de la réalité. On admettait aussi que cette incapacité, propre aux enfants, pouvait, dans des situations affectivement chargées ou difficiles, affecter le comportement des adultes.
Des recherches récentes ont montré, toutefois, que les très jeunes enfants sont parfaitement en mesure de distinguer entre ce qui relève du physique et ce qui relève du mental. Nous proposons donc dans cet article l’hypothèse qu’à l’origine de l’anthropomorphisme l’on ne trouve pas une modalité spécifique de la pensée, mais plutôt des modalités d’interaction précocement apprises. Plusieurs études consacrées au développement social de l’enfant montrent en effet que ce qu’on appelle « anthropomorphisme » est une extension aux non-humains de modalités interactionnelles propres au dialogue entre humains.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

L’anthropomorphisme chez l’enfant
Anthropomorphisme et interaction
Conclusions

Aperçu du début du texte

Dès la première enfance, les humains attribuent des traits de comportement anthropomorphe – tels des intentions, des perceptions et des sentiments – aux animaux, aux artefacts et même aux phénomènes naturels. Pourquoi cette attitude est-elle si répandue ? Nous nous proposons ici d’analyser les bases psychologiques de l’anthropomorphisme quotidien, et dans cette perspective nous pensons qu’il est utile d’étudier l’émergence des premières formes de la pensée anthropomorphique chez le jeune enfant pour retrouver ainsi les racines de ses manifestations dans la pensée adulte. Il semble en effet que les êtres humains tendent à avoir une pensée dichotomique en la matière. Ils comprennent les êtres doués de mouvement de deux façons : soit l’objet en question est vu comme l’expression d’un dessein prédéterminé – qu’il soit biologique ou mécanique – et est alors assimilé à une machine ; soit il semble doté, au moins en apparence, d’une vie indépendante, et se voit attribuer des caractéristiqu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriella Airenti, « Aux origines de l’anthropomorphisme », Gradhiva, 15 | 2012, 34-53.

Référence électronique

Gabriella Airenti, « Aux origines de l’anthropomorphisme », Gradhiva [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2015, consulté le 24 avril 2014. URL : http://gradhiva.revues.org/2314

Haut de page

Auteur

Gabriella Airenti

Centre de sciences cognitives, Département de psychologie, université de Turin gabriella.airenti@unito.it

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page