Navigation – Plan du site
Dossier Robots étrangement humains – coordonné et présenté par Denis Vidal et Emmanuel Grimaud

Androïde cherche humain pour contact électrique

Les cinétiques de l’attachement en robotique
Android in search of a human for electrical contact. The kinetics of binding in robotics
Emmanuel Grimaud
p. 76-101

Résumés

Toute interaction avec un robot gagne à être étudiée à l’échelle où l’observe Masahiro Mori, c’est-à-dire comme une cinétique de l’attachement qui peut être suivie en temps réel dans ses fluctuations d’intensité. Mais une interaction avec un robot anthropomorphe n’est-elle réussie qu’à la condition que nous oubliions, à un moment ou à un autre du processus, qu’il s’agit d’une machine ? La question se pose de manière accrue à la robotique lorsque celle-ci se situe sur le terrain des passions. On prendra ici plusieurs exemples (humanoïdes, animaux artificiels, machines érotiques), qui montrent que des liens d’attachement, des jeux communicationnels et parfois même des relations passionnelles peuvent se développer avec des robots, sans qu’il soit nécessaire de les ranger à tout prix et définitivement dans la catégorie « humains » ou « machines ». Et si les échelles de traitement des objets, des êtres, des machines et de leurs hybrides peuvent être très variées selon le contexte où l’on se situe, elles sont souvent bien plus souples, graduées et prêtes à s’ouvrir à des relations troublantes que la vieille opposition de l’humain et de la machine ne le laisserait penser. Aussi la robotique nous invite-t-elle à repenser ce que s’attacher veut dire, avant tout débat sur l’apparence même de ses créatures.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Introduction
À propos d’un robot qui ne pouvait être humain que par accident
Variations sur le principe de dépendance électronique : à propos d’un robot qui couine quand on le touche
« Je te mets en marche et tu obéis »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Alors s’élève, du plancher même, une figure blanche qui grandit par degré jusqu’à la proportion humaine… le fantôme devient de plus en plus visible, resplendissant… Il se promène, il s’approche, il se penche vers vous : vous frémissez, il s’avance encore, vous allez le toucher, il disparaît et vous vous retrouvez dans les mêmes ténèbres.
Un visiteur de fantasmagorie, Paris, 1793

Introduction

La robotique humanoïde nous convie à un bien étrange exercice qui consiste à faire « table rase » de l’être humain. S’agit-il d’une manière de cligner des yeux ? de bouger la tête ? un mode de locomotion ? des capacités cognitives et, si c’est le cas, lesquelles ? Ces questions, les roboticiens ne cessent de se les poser lorsqu’ils conçoivent leurs créatures. Et elles se reposent nécessairement de manière aiguë toutes les fois qu’on entre en relation avec un humanoïde. Avec une créature anthropomorphique, bien plus peut-être qu’avec une autre, s’instaure une parade d’approche quasi animale, marquée...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Grimaud, « Androïde cherche humain pour contact électrique », Gradhiva, 15 | 2012, 76-101.

Référence électronique

Emmanuel Grimaud, « Androïde cherche humain pour contact électrique », Gradhiva [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2015, consulté le 21 septembre 2014. URL : http://gradhiva.revues.org/2328

Haut de page

Auteur

Emmanuel Grimaud

LESC-CNRS-ARTMAP emmanuel.grimaud@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page