Navigation – Plan du site
Etudes et essais

La chorégraphie du bâton divinatoire comme écriture sonore au Burkina Faso

The dancing choreography of the divinatory stick as acoustic writing in Burkina Faso
Danouta Liberski-Bagnoud
p. 182-201

Résumés

À travers l’analyse d’une pratique divinatoire ouest-africaine, dite « par le bâton », cet article aborde la question de la part respective des gestes techniques et de la parole dans la fabrication d’un énoncé oraculaire. Y a-t-il un rapport d’implication mutuelle entre la main qui produit des perceptions visuelles et sonores et les séquences discursives où sont énoncés les mots de l’oracle ? L’auteur avance l’hypothèse que l’étrange corps-à-corps du devin et du consultant met en œuvre une forme d’écriture en acte, au sens où en parle Roland Barthes, ainsi que des faits de lecture. Ce que permet ce type de technique divinatoire, c’est autant la transposition en langage clair de signes obtus captés au lieu de l’origine que l’acte de construction d’un texte dont ni le devin ni le consultant ne sont à proprement parler l’auteur.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Il y a quelques décennies, Anne Retel-Laurentin, médecin et ethnologue, a soutenu que les systèmes divinatoires en vigueur au sud du Sahara, malgré l’extrême diversité de leurs techniques, tendaient tous à privilégier un mode de consultation de l’oracle où la part prise par le travail de lecture de signes était relativement secondaire par rapport à celle qu’occupait l’expression orale sous différentes formes et, en particulier, à celle qui revenait au travail de mise en mots des questions à poser ou des réponses à fournir (Retel-Laurentin 1974 : 295). De la place d’où elle fut professée – l’ouvrage Divination et rationalité, conduit sous la direction de Jean-Pierre Vernant –, une telle affirmation ne pouvait manquer de marquer durablement les études sur la divination dans les sociétés subsahariennes. À la même époque, des travaux décisifs avaient pourtant déjà montré, à propos de divinations de type géomantique, que ces techniques mobilisaient « des sémiologies complexes, où les par...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danouta Liberski-Bagnoud, « La chorégraphie du bâton divinatoire comme écriture sonore au Burkina Faso », Gradhiva, 15 | 2012, 182-201.

Référence électronique

Danouta Liberski-Bagnoud, « La chorégraphie du bâton divinatoire comme écriture sonore au Burkina Faso », Gradhiva [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2015, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://gradhiva.revues.org/2367

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page