Navigation – Plan du site
Dossier Robots étrangement humains – coordonné et présenté par Denis Vidal et Emmanuel Grimaud

Machines, magie, miracles

Machines, magic, miracles
Charles Malamoud
p. 144-161

Résumés

Le terme sanscrit yantra signifie « machine ». Étymologiquement, le yantra est un instrument pour contenir, capter, diriger en la contrôlant telle ou telle forme d’énergie. Une simple barrière peut être conçue comme un yantra. De même des armes comme l’arc et les catapultes, et des dispositifs tels que la noria. Par extension, ces machines mentales que sont les diagrammes grâce auxquels nous pouvons canaliser et diriger notre attention ou notre imagination sont aussi des yantra. Très tôt on a associé le yantra à la magie et aux arts de l’illusionniste. Jouer de la crédulité du public, lui faire prendre pour des réalités ce qui est le produit d’un truquage, c’est là un des aspects de la guerre psychologique. L’Arthaçâstra, traité de la science du gouvernement, donne des listes détaillées des machines et machinations que le roi utilise pour éblouir et affoler ses adversaires.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Quelques mots du vocabulaire sanscrit sont familiers au locuteur français ou du moins pourraient l’être : ils sont enregistrés dans les dictionnaires d’usage, par exemple dans Le Petit Larousse illustré de 2007. Ce sont notamment (à côté des fameux karma et yoga) : mantra, sûtra, tantra. Ces noms à suffixe -tra sont des noms d’instruments : ils désignent ce à l’aide de quoi se réalise l’action exprimée par la racine verbale ; ou encore ce en quoi ou à l’occasion de quoi cette action s’effectue. C’est ainsi que mantra signifie étymologiquement « instrument pour penser » (en fait, un mantra est un mot ou une brève séquence de mots censés être un support pour la méditation ou la réflexion ; ce peut être aussi une formule qu’il faut réciter quand on exécute un geste rituel ; ce peut être enfin l’avis, nettement formulé, que le roi reçoit de son conseiller, de son mantrin, terme qui est, lointainement, à l’origine du français « mandarin »). Un sûtra est proprement un « fil », ce au moyen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Malamoud, « Machines, magie, miracles », Gradhiva, 15 | 2012, 144-161.

Référence électronique

Charles Malamoud, « Machines, magie, miracles », Gradhiva [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2015, consulté le 20 août 2014. URL : http://gradhiva.revues.org/2381

Haut de page

Auteur

Charles Malamoud

École pratique des hautes études, Ve section, Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud charles.malamoud@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page