Navigation – Plan du site
Entretien

Le Bouddha dans le robot

Rencontre avec le professeur Masahiro Mori
p. 162-181

Notes de la rédaction

Ce texte est le fruit d’un entretien inédit avec le professeur Masahiro Mori, pionnier de la robotique japonaise. C’est à l’automne 2009 que Zaven Paré, Emmanuel Grimaud et Chihiro Minato ont rencontré le théoricien de l’uncanny valley à Tokyo1. Au cours de cette rencontre, dont l’intégralité a été filmée2, est évoquée l’histoire de la robotique japonaise au moment crucial de la fusion des biotechnologies avec l’ingénierie mécanique, notamment sous l’impulsion de la création du Mukta Research Institute. En 1974, Mori a aussi publié The Buddha in the robot. A robot engineer’s thoughts on science and religion, dans lequel il évoque les implications métaphysiques de la robotique. Il est le fondateur du concours de robotique RoboCon, qui a débuté en 1981. Il est aussi le « grand-père » de la plupart des robots japonais, y compris Asimo, le robot humanoïde de Honda, qui a été développé par Toru Takenaka, l’un de ses étudiants.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Zaven Paré : Pour commencer, je voudrais que vous nous expliquiez comment vous en êtes arrivé à l’étude des robots, si ces recherches ont précédé votre intérêt pour le bouddhisme et comment ces deux domaines se sont rencontrés.

Masahiro Mori : J’ai commencé vers 1964. Voyez-vous, à l’origine, à cette époque, de nombreux jeunes exprimaient un sentiment de rejet du bouddhisme, mais pas moi, et ce, depuis tout petit. Au contraire, je me disais que j’aimerais étudier sérieusement le bouddhisme si l’occasion m’en était donnée. Et cette chance s’est présentée alors que j’avais commencé à créer des robots. Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai commencé à étudier sérieusement le bouddhisme. Voyez-vous, pour créer des robots, il faut avoir l’esprit ouvert. Et c’est pour cette raison, pour ouvrir les esprits, qu’a été créé le Mukta Research Institute ou « institut de recherche libre » – mukta est un terme sanscrit. Nous y pratiquions divers exercices destinés à nous ouvrir l’esprit.
C’est à cette...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Le Bouddha dans le robot », Gradhiva, 15 | 2012, 162-181.

Référence électronique

« Le Bouddha dans le robot », Gradhiva [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2015, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://gradhiva.revues.org/2393

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page