Navigation – Plan du site
Etudes et essais

L’œil du hautbois

Son, espace et images divines dans le culte śivaïte, Inde du Sud
The Eye of the Shawm Sound, Space and Divine Images in the Śaiva Cult, South India
William Tallotte
p. 202-223

Résumés

Dans le culte hindou, l’image des divinités (statue anthropomorphe, liga, diagramme, etc.) est centrale et mobilisatrice : c’est vers elle, en effet, que les officiants, les fidèles et les musiciens portent toute leur attention. La musique, dans cette perspective, est à la fois offrande et accompagnement : offrande adressée à l’image et accompagnement des actions menées autour de l’image. Nous proposons dans cet article, à partir d’une enquête de terrain menée sur plusieurs temples śivaïtes du pays tamoul, d’examiner les rapports entre le son et les images divines. Nous nous focaliserons plus particulièrement sur deux problématiques : les logiques religieuses, sociales et sonores qui déterminent la répartition des musiques au sein de l’espace cultuel ; et les moyens acoustiques mis en œuvre par les instrumentistes, en l’occurrence les joueurs de hautbois nāgasvaram,afin de servir et de satisfaire les dieux. La convergence des questions abordées montrera qu’un examen attentif des situations de performance permet de mieux saisir la fonction du son dans le culte hindou et son lien avec la notion de darśana (vision).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Dieux et images des dieux dans le culte śivaïte
Des images vivantes
La pūjā ou le culte de limage
Voir et être vu
Espace et dispositifs sonores
Loreille des dieux
Des musiques, un espace
Le son du hautbois
Un son directif
Quand le son surligne laction et donne à voir
Remarque sur lamplification
Conclusion

Aperçu du début du texte

Je tiens à remercier le musée du quai Branly pour avoir soutenu cette recherche en m’accordant une bourse postdoctorale (2009-2010), le département de la Recherche et de l’Enseignement du musée pour son soutien collégial, ainsi que les participants et les discutants invités au séminaire « Art et performance » du 16 septembre 2010 pour leur lecture critique et les commentaires qu’ils ont apportés à la première version de ce texte.

Le nāgasvaram est un grand hautbois à perce conique que les Indiens du Sud associent systématiquement à la vie religieuse et cultuelle hindoue – » pas de lieu sans temple et pas de temple sans nāgasvaram », dit un proverbe tamoul. Les hautboïstes, y compris ceux qui ne jouent guère au temple, entretiennent volontiers ce lien en évoquant leur pratique et les fictions qui l’entourent : le nāgasvaram est soumis à des rites propitiatoires (Tallotte 2007 : 92-95), son répertoire compte des pièces intrinsèquement liées à certaines divinités (ibid. : 105-148) et le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

William Tallotte, « L’œil du hautbois », Gradhiva, 15 | 2012, 202-223.

Référence électronique

William Tallotte, « L’œil du hautbois », Gradhiva [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2015, consulté le 21 août 2014. URL : http://gradhiva.revues.org/2394

Haut de page

Auteur

William Tallotte

chercheur associé, Centre de recherche Patrimoine et Langages Musicaux (PLM), Université Paris-Sorbonne (Paris 4) wtallotte@aol.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page