Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Frédéric Keck, Un monde grippé

Paris, Flammarion, 2010
Julien Bondaz
p. 224-225
Référence(s) :

Frédéric Keck, Un monde grippé. Paris, Flammarion, 2010, 351 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 16 mai 2015.

1Les maladies animales ne provoquent pas seulement des changements dans les relations entre les humains et les animaux, elles obligent également qui veut les étudier sociologiquement à pratiquer autrement l’ethnographie. Dire avec Frédéric Keck que « la grippe est la maladie de la mondialisation » (p. 15) revient en effet à souligner que les pandémies de grippe se propagent plus facilement dans le contexte de la mondialisation, du fait notamment des mouvements accrus de population et de la « révolution du bétail » (livestock revolution), et qu’elles ont pour horizon – sinon pour conséquence – la fin des échanges. En faire l’ethnographie conduit dès lors à mettre au clair les défis méthodologiques et épistémologiques d’une anthropologie de la mondialisation. Un « tour du monde des virus de grippe et des dispositifs mis en place pour les surveiller et les contrôler » est ainsi proposé au lecteur, sous la forme de ce que l’auteur définit lui-même comme « un récit consistant quoique fragmentaire » (p. 11).

  • 1 George E. Marcus, « Ethnography in/of the world system: the emergence of multi-sited ethnography », (...)

2Telle est en effet la tension d’un travail visant la compréhension moins d’une contagion des virus que de la diffusion et de la transformation de représentations, de formes d’interactions entre les humains et les animaux, de pratiques et de savoirs médicaux ou vétérinaires. Au niveau théorique, il s’agit d’analyser un phénomène transnational en adoptant des points de vue à chaque fois locaux, donc fragmentaires. L’enjeu est alors de donner à lire des « variations de point de vue » (p. 159) plutôt qu’une explication totalisante. Au niveau méthodologique, Frédéric Keck a fait le choix de mener des enquêtes sur plusieurs terrains (Hong Kong surtout, mais aussi la Chine, le Japon, le Cambodge, l’Argentine...), et donc de multiplier les lieux d’investigation, se retrouvant alors contraint à une enquête parfois plus extensive qu’intensive. Son travail peut ainsi être lu comme un cas exemplaire d’ethnographie multisituée1.

  • 2 Voir aussi Frédéric Keck, « Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant. Les experts de la gr (...)

3Le caractère fragmentaire du récit tient également à sa construction. Sa progression suit à la fois celle de l’enquête et celle des pandémies de H5N1, puis de H1N1 (cette dernière prend fin en même temps que le livre). Si le premier chapitre surtout relève de l’autobiographie intellectuelle, d’autres passages très personnels sont donnés à lire tout au long de l’ouvrage : la description d’un moment de panique lié à la peur de la contamination, qui tourne à l’autodérision (p. 86-87), un récit de rêve (p. 91), celui d’une visite du temple d’Angkor (p. 147-148)... Une autre logique est sous-jacente à cette chronique de l’enquête ethnographique et de la pandémie, qui procure à la fois un effet de cohérence et un effet de zoom. L’enjeu est d’articuler une description de la chaîne de production et de consommation des volailles et un changement d’échelle dans l’analyse, en passant d’une étude de la contagion et des moyens de lutte mobilisés aux plans mondial et nationaux à celle des relations entre humains et animaux, et enfin des interactions entre cellule et virus dans les laboratoires. Ce défi narratif est d’ailleurs parfaitement réussi. Le changement d’échelle dans l’analyse fournit un fil conducteur autour de la question du statut de « sentinelle sanitaire », d’abord accordé à un territoire, Hong Kong (chapitre ii)2, puis transféré à des volailles (p. 197-198) ou à une ferme et un parc de loisirs (p. 219). Cette progression rend également compte d’adaptations méthodologiques témoignant là encore du caractère fragmentaire du récit. L’auteur a d’abord recours à de courts entretiens avec des experts, des universitaires ou des journalistes. Les portraits d’experts dressés à cette occasion lui permettent d’interroger les liens qu’ils entretiennent avec les politiques, et de proposer un comparatisme entre Hong Kong et Canton. Puis, sur les marchés de volailles de Hong Kong, Canton, Pékin et Hangzhou ou sur le marché aux oiseaux de Mong Kok à Hong Kong, sa démarche relève davantage de ce que certains, en anthropologie urbaine, ont appelé l’observation flottante. Enfin, son insertion au sein d’une ferme d’élevage ou de laboratoires fournit les descriptions ethnographiques les plus fines. En outre, la diversité des documents mobilisés (presse, manga, cinéma asiatique, références littéraires) et la densité de la bibliographie scientifique fonctionnent également comme des indices du style hybride du livre, entre « carnets de voyage » (p. 231) et essai théorique.

4La cohérence théorique du livre est en effet singulièrement forte. L’objet de la recherche (les maladies animales) se situe certes au croisement de l’anthropologie de la maladie et de l’anthropologie de la nature, deux champs classiques de la discipline. Mais le positionnement théorique initial et la formation philosophique de l’auteur le conduisent d’emblée à formuler une problématique plus novatrice, en dialogue avec les développements contemporains de l’anthropologie. La relation établie entre la question des maladies animales et le bioterrorisme, autour du problème des catastrophes émergentes, fait office de filiation entre les réflexions de Paul Rabinow et celles présentées ici, avec les thèmes foucaldiens du biopouvoir et de la surveillance pour arrière-plan philosophique. En insistant sur la « biosécurité », il s’agit de penser le lien entre la gestion du risque et le gouvernement des vivants, entre ce que l’auteur appelle « l’administration des volailles » (chapitre iii) et les formes politiques de la surveillance. Une anecdote traduit bien cette articulation : un éleveur explique en effet l’émergence du virus H5N1 par le fait que les Hongkongais vivent dans les mêmes conditions que les poulets (p. 200). Tout le défi théorique du livre réside en fait dans la mise en question d’un tel lien, les transformations des représentations de la pandémie trouvant essentiellement une explication dans les champs politiques et religieux, ou plus largement dans des changements d’ontologie générateurs de conflits. Les différences observées dans la gestion sanitaire et agricole de la pandémie entre Hong Kong et Canton trouvent ainsi une part d’explication dans l’histoire politique des relations entre l’ancienne colonie britannique et la Chine communiste. Autre exemple, les distinctions qui existent entre les trois religions traditionnelles de l’Asie du Sud-Est, le confucianisme, le taoïsme et le bouddhisme, concernant les relations entre hommes et animaux fournissent trois critiques possibles de l’abattage des oiseaux dans sa proximité avec le sacrifice. Les pages consacrées à la pratique boud­dhiste qui consiste à relâcher des oiseaux (fangsheng, « libération de la vie »), et qui se retrouve au centre des controverses, sont de ce point de vue particulièrement éclairantes.

5La question de la biosécurité comme horizon problématique conduit par ailleurs l’auteur à mettre en exergue plusieurs points de comparaison, parfois surprenants. Les rapprochements effectués entre les grippes aviaires et porcines et d’autres épidémies, ou des scandales sanitaires (celui du lait contaminé en Chine, notamment), se révèlent évidemment précieux. La comparaison, que l’on retrouve à plusieurs reprises, entre l’attentat du World Trade Center et les pandémies du début du xxie siècle permet d’insister sur l’émergence de la catastrophe comme nouvel objet d’étude pour les sciences sociales. D’autres parallèles sont fournis par l’actualité, par exemple avec le tribunal khmer ou les grèves contre la réforme de l’université française. Cette dernière permet à l’auteur de conclure son ouvrage sur un rapprochement théorique plus fort, en montrant comment la grève générale a quelque chose à voir avec la pandémie de grippe. Formes de totalisation sociale, l’une comme l’autre fonctionnent à la façon des mythes et partagent un même horizon catastrophique : la fin des échanges mondialisés (p. 294-297). Un tel rapprochement ne relève pas seulement de la proposition audacieuse. En servant d’argument à une interprétation mythique de la pandémie, il permet de donner un sens à l’étude des possibilités de transformation des représentations que produit ce type de catastrophe. Tout au long de son récit, Frédéric Keck ne cesse en fait de démontrer l’actualité du programme lévi-straussien, et ce de façon tout à fait consistante.

Haut de page

Notes

1 George E. Marcus, « Ethnography in/of the world system: the emergence of multi-sited ethnography », Annual Review of Anthropology 24, 1995 : 95-117. Pour une approche plus classique de la grippe aviaire, sur un terrain unique, voir par exemple Vanessa Manceron, « Grippe aviaire et disputes contagieuses. La Dombes dans la tourmente », Ethnologie française 39(1), 2009 : 57-68, et Celia Lowe, « Viral clouds: becoming H5N1 in Indonesia », Cultural Anthropology 5(4), 2010 : 625-649.

2 Voir aussi Frédéric Keck, « Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant. Les experts de la grippe aviaire à Hong Kong », Terrain 54, 2010 : 26-41.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bondaz, « Frédéric Keck, Un monde grippé », Gradhiva, 15 | 2012, 224-225.

Référence électronique

Julien Bondaz, « Frédéric Keck, Un monde grippé », Gradhiva [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2015, consulté le 10 juillet 2014. URL : http://gradhiva.revues.org/2405

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

julien.bondaz@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page