Navigation – Plan du site
Dossier Création fiction

Marcel Proust en mal de mère. Une fiction du créateur

Marcel Proust: searching for and being Mother. A creator’s fiction
Daniel Fabre
p. 48-83

Résumés

À l’automne de 1913, alors que Marcel Proust est plongé dans l’écriture de la Recherche du temps perdu, une jeune villageoise languedocienne, Céleste Albaret, devient la servante qui l’accompagnera jusqu’à la mort. Dans la relation quotidienne de ces deux êtres, aussi dissemblables que fascinés l’un par l’autre, s’énonce avec une puissance inégalée une fiction du créateur réalisée dans une « forme de vie ». Elle engage, chez Proust, une existence à l’envers à la fois proche et distincte de celles des écrivains de son époque, une explicitation très contrôlée de son androgynat et, surtout, une relation avec la mère dont l’écrivain désire ardemment et dérobe violemment le pouvoir d’engendrer son œuvre.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Je l’ai vu souffrir, et constamment
Une vie complètement à l’envers
Je ne suis pas un homme fait pour le mariage
Nous étions des garçons, lui était autre chose
Retrouver ma mère dans la vallée de Josaphat
Le travail nous rend un peu mère
Il y a dans la chambre une grosse femme en noir, horrible
Les livres, comme des anges aux ailes déployées

Aperçu du début du texte

« La Bibliothèque nationale de France vient d’acquérir un agenda de Marcel Proust. » La nouvelle, du 15 octobre 2013, circule dans la presse et sur la Toile. Elle en dit long sur le mode de présence actuel de la littérature – entre matérialité authentifiée et trésor national. Établir la grandeur d’un écrivain en accroissant le corpus de ses œuvres est une injonction courante dans quelques pays du monde où elle s’impose comme la manifestation ostensible d’un remaniement dans le statut et la fonction de la littérature. Un remaniement de longue durée que Paul Bénichou a nommé « le sacre de l’écrivain ». Apparue vers 1750, cette mutation fait de l’écrivain – sous des vocables qui changent entre les Lumières et le milieu du xxe siècle – un « prêtre laïc », maître de vie et de vérité. Seules les « expressions conscientes » de cette consécration intéressent Bénichou mais, parallèlement, Pierre Bourdieu a repéré le corollaire sociologique de ce « sacre » dans l’autonomisation de ce qu’il no...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Fabre, « Marcel Proust en mal de mère. Une fiction du créateur », Gradhiva, 20 | 2014, 48-83.

Référence électronique

Daniel Fabre, « Marcel Proust en mal de mère. Une fiction du créateur », Gradhiva [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/2831 ; DOI : 10.4000/gradhiva.2831

Haut de page

Auteur

Daniel Fabre

EHESS, Paris LAHIC-IIAC daniel.fabre@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page