Navigation – Plan du site
dossier Cosmos

La lune de Saturne et le « nous » œcuménique. Entre astrobiologie et anthropologie

An Icy Moon of Saturn and the Ecumenical ’We’. Between Astrobiology and Anthropology
Istvan Praet
Traduction de Camille Joseph
p. 136-167

Résumés

Cet article aborde l’exploration spatiale d’un point de vue anthropologique en privilégiant avant tout le domaine de l’astrobiologie et, plus particulièrement, les recherches menées aujourd’hui sur Titan, la plus grande lune de Saturne. Titan constitue l’un des sujets favoris des astrobiologistes : cette lune possède en effet toute une série de caractéristiques, parmi lesquelles une atmosphère très dense, qui lui confèrent un étrange air de famille avec la Terre. Mais comment en est-on venu à établir cette soi-disant familiarité ? Pour y répondre, je me propose d’étudier ce que j’appelle le « nous œcuménique », à savoir notre plus grand dénominateur commun. Quand les planétologues posent la question de savoir si nous sommes seuls dans l’univers, ce « nous » ne renvoie pas nécessairement au concept biologique de vie. Pour l’astrobiologie contemporaine, le « nous » peut parfois faire référence aux êtres dont la constitution est proche de celle des roches, des océans, ou même des planètes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
La plus grande lune de Saturne, une exploration qui se poursuit
Des espérances déçues
Brève histoire du « nous » œcuménique moderne
L’astrobiologie, lieu privilégié des débats actuels autour du « nous » œcuménique
Conclusion

Aperçu du début du texte

« … deux planètes opposées par des conditions si différentes que les premiers témoins ne purent croire qu’elles fussent également humaines. »

Claude Lévi-Strauss (Tristes Tropiques, 1955) à propos de la découverte du Nouveau Monde.

Introduction

En Occident, le concept biologique de vie joue le rôle d’un « nous » œcuménique : au niveau le plus inclusif, nous faisons partie des « êtres vivants », et cette condition d’être « vivant » est la caractéristique la plus générale du « nous ». Ce « nous » œcuménique semble aller de soi. Ainsi, on sait tous intuitivement que nous, êtres humains, avons quelque chose en commun avec les autres organismes vivant dans la biosphère terrestre. Et on sait aussi, toujours intuitivement, que les êtres humains sont fondamentalement distincts des molécules, des volcans ou des lunes, par exemple. Mais ce consensus est-il si général qu’il y paraît à première vue ? En examinant de près l’astrobiologie contemporaine et la recherche spatiale, en particulier l’exp...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Istvan Praet, « La lune de Saturne et le « nous » œcuménique. Entre astrobiologie et anthropologie », Gradhiva, 22 | 2015, 136-167.

Référence électronique

Istvan Praet, « La lune de Saturne et le « nous » œcuménique. Entre astrobiologie et anthropologie », Gradhiva [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 30 mars 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/3061 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3061

Haut de page

Auteur

Istvan Praet

Roehampton University, Londres Centre for Research in Evolutionary and Environmental Anthropology
istvan.praet@roehampton.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page