Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marie-Isabelle Merle des Isles, Destins d’explorateurs de l’Antarctique à l’Asie centrale, 1908-1950

Paris, La Martinière, 2005, 192 p.
Françoise Zonabend
p. 132
Référence(s) :

Marie-Isabelle Merle des Isles, Destins d’explorateurs de l’Antarctique à l’Asie centrale, 1908-1950,Paris, La Martinière, 2005, 192 p.

Texte intégral

1Qu’est-ce qui décide d’une vocation ? Qu’est-ce qui, dans une enfance, oriente un destin ? Telles sont les questions qui servent de fil rouge au beau livre de Marie-Isabelle Merle des Isles, qui s’ouvre et se clôt sur l’évocation des travaux picturaux et scientifiques de Jean Rouch. Ethnologue et cinéaste, mais aussi photographe et dessinateur de talent, celui-ci avait reçu, à l’origine, une formation d’ingénieur du génie civil et rien, dans son orientation professionnelle, ne le destinait à poursuivre la carrière artistique qu’on lui connaît, si ce n’est le fait d’appartenir à une famille d’explorateurs intrépides et de grands photographes, écrivains ou dessinateurs amateurs. En effet, on apprend grâce au livre de Marie-Isabelle Merle des Isles que ses oncles et cousins maternels, et aussi son père, furent tous d’étonnants voyageurs fascinés par les lieux et les gens qu’ils découvrirent lors des expéditions auxquelles ils prirent part et où ils s’empressèrent de fixer leurs impressions par l’image ou par l’écriture.

  • 1 Ce livre a été réédité à Tahiti, en 2002, aux éditions Otaha, avec une nouvelle présentation de Dan (...)

2Voici, en 1908, Louis Gain, naturaliste et grand photographe amateur embarqué sur le Pourquoi-Pas ? dans l’expédition Charcot. Il y fera la connaissance de Jules Rouch, météorologue, passionné de littérature, qui deviendra son beau-frère. Promu officier de marine, Jules Rouch poursuivra sa carrière de chercheur de port en port. Parfois, sa famille l’accompagnera, notamment Jean, son fils, qui découvrira ainsi, tout jeune, d’autres lieux et d’autres mœurs. Voici encore Gustave Gain, frère de Louis, chimiste mais aussi photographe et peintre. Les deux frères, au printemps 1914, parcoururent le Turkestan russe à la recherche de minéraux rares. Ils rapportèrent de ce pays, outre des renseignements restés secrets, un exceptionnel reportage photographique. Enfin, André Gain, fils de Gustave, cousin et compagnon d’enfance de Jean Rouch. André fut journaliste et écrivain, mais aussi un passionné de cinéma dont il fit partager ses émotions à son jeune cousin. Après une courte carrière comme fonctionnaire de la marine, André s’embarqua en 1936 pour Tahiti, où il restera deux ans. Il rédigea, de retour en France, un livre de souvenirs intitulé Aux jardins des mers1, publié après sa mort.

3Jean Rouch a vécu près d’eux, a écouté le récit de leurs aventures, à feuilleté leurs journaux de voyage, lu leurs textes, regardé leurs photographies, admiré leurs peintures. Est-ce sous cette influence qu’il décida de devenir ethnologue et cinéaste ? Au demeurant, comme pour nous en convaincre, l’ouvrage s’achève avec Jean Rouch qui, entre 1941 et 2004, arpenta l’Afrique et en capta, à travers de superbes photographies, l’humaine condition.

  • 2 Le 20 décembre 2006, inauguration à Niamey (Niger), au centre culturel franco-nigérien Jean-Rouch, (...)

4Les éblouissants et émouvants documents picturaux exhumés par l’auteur de fonds d’archives privés ou publics nous inclinent à voir en Jean Rouch l’héritier de cette lignée d’explorateurs. Mais il y a plus. Au fil des pages, ce sont des trésors iconographiques et ethnographiques que l’on découvre sous forme de portraits, de paysages ou d’objets qui détaillent, avec bonheur, des images et des histoires de mondes disparus. On espère donc très bientôt voir publiés les journaux de bord et de terrain que ces voyageurs-chercheurs ont rédigés et dont ce livre, si bellement illustré soit-il, ne donne qu’un avant-goût. En attendant, on suivra avec intérêt les différentes manifestations qui, dans les prochains mois, présenteront, en Afrique, les travaux de Jean Rouch2.

5D’emblée, ce livre se présente comme un « beau livre » destiné d’abord à un large public – belle mise en page, grand format, papier glacé mettant en valeur les documents répertoriés – mais il n’est pas que cela. Cet ouvrage livre, de façon certes trop succincte, et là aussi réside son intérêt, des linéaments biographiques et scientifiques qu’on ne connaissait pas sur une des grandes figures de l’anthropologie visuelle.

Haut de page

Notes

1 Ce livre a été réédité à Tahiti, en 2002, aux éditions Otaha, avec une nouvelle présentation de Daniel Margueron.

2 Le 20 décembre 2006, inauguration à Niamey (Niger), au centre culturel franco-nigérien Jean-Rouch, d’une exposition temporaire des photographies du cinéaste-ethnologue. À la même date se tiendra, pendant une semaine, toujours à Niamey, le forum africain des films documentaires, sous les auspices de M. Inoussa Osseïni, ambassadeur de la république du Niger auprès de l’UNESCO et de la fondation Jean-Rouch. Au cours de ce forum seront projetés l’ensemble des films de Jean Rouch.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Zonabend, « Marie-Isabelle Merle des Isles, Destins d’explorateurs de l’Antarctique à l’Asie centrale, 1908-1950 », Gradhiva, 4 | 2006, 132.

Référence électronique

Françoise Zonabend, « Marie-Isabelle Merle des Isles, Destins d’explorateurs de l’Antarctique à l’Asie centrale, 1908-1950 », Gradhiva [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 03 décembre 2010, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://gradhiva.revues.org/561

Haut de page

Auteur

Françoise Zonabend

zonabend@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page